LE MONDE POST COVID-19 : VERS UNE NOUVELLE ÉCONOMIE ?

Tout le monde redécouvre que l’efficacité économique ne peut pas se faire au détriment de notre sécurité (physique et économique), et cela c’est déjà une très belle leçon.

Un bouleversement économique est attendu à la fin de la crise : les bourses dégringolent, les entreprises ferment, les gens se confinent et le moteur économique qu’est la consommation dans les pays développés est à l’arrêt. On se pose donc légitimement la question de savoir quelle sera la nature du jour d’après. Sera-t-il plus durable ou pas ?

Les mesures prises par les autorités étatiques centrales ou régionales pour juguler la crise, aux antipodes des règles de l’orthodoxie libérales ayant encore cours il y a seulement quelques semaines en arrière, montrent qu’une autre voie est possible.

Le COVID 19 met en effet en péril tout l’échafaudage de l’économie et de la finance mondiale et, chose inimaginable il y a quelques mois, des gouvernements libéraux changent complètement de discours.

En Suisse, au niveau fédéral, un impressionnant train de mesures en faveur des entreprises a été pris en vue d’atténuer l’impact économique de la propagation du coronavirus. L’objectif de ces mesures, qui s’adressent à différents groupes cibles, est de sauvegarder les emplois, de garantir les salaires et de soutenir les indépendants. Des mesures ont également été prises dans le domaine de la culture et des sports en vue d’éviter des faillites et d’amortir de lourdes conséquences financières. Ces mesures, notamment celles concernant les crédits transitoires et l’assurance perte de gains.

Au niveau cantonal, pour soutenir les entreprises et les indépendants touchés par les interdictions et restrictions imposées afin de lutter contre la propagation du coronavirus COVID-19, le Conseil d’État genevois a décidé, dès le 18 mars, de l’octroi de mesures économiques d’urgence: réduction d’horaire de travail (chômage partiel) ; 95 millions de francs suisses pour les crédits de cautionnement ; 50 millions de francs suisses pour les besoins de trésorerie des entreprises, des indépendants, des associations et toute autre forme juridique qui se trouvent de façon passagère en manque de liquidités pour des raisons exceptionnelles ; Allégement temporaire de la charge fiscale des contribuables concernant tant les entreprises que les particuliers ; report des loyers des entreprises les plus en difficulté ; soutien aux indépendants et petits commerces de proximité via la plateforme citoyenne CovidHéros ; pour les professionnels genevois, les indépendants, les commerçants, les artisans et les PME, les factures en cours de gaz, d’eau, d’électricité et d’énergie thermique, disposeront d’un délai supplémentaire de paiement de 60 jours. Cela signifie que les paiements pourront être effectués sous 90 jours au lieu des 30 jours ordinaires.

En Belgique, le ministre fédéral du budget déclare que la santé prime sur l’économie.

En France, le Covid-19 a eu le pouvoir de suspendre la réforme des retraites que n’avaient pas eu des semaines de grève des transports et de manifestations. Toujours en France, des promesses ont été faites au secteur médical, au-delà des revendications jadis balayées par un revers de la main par le pouvoir politique. En Suisse, les aides d’État sont accordées aux entreprises et aux particuliers…

Bertrand Roger JIOGUE

LE MONDE POST COVID-19 : VERS UNE NOUVELLE ÉCONOMIE ? – Sinotables