...
...
Responsive image

Santé-Covid-19 : le virus aurait été fabriqué à partir du Vih.

Le professeur Luc Montagnier n’est pas un vulgaire scientifique. Le codécouvreur du virus du Sida a été distingué Prix Nobel de Médecine en 2008 pour sa contribution à cette immense découverte.

Pourtant Luc Montagnier fait l’objet depuis quelques temps des morsures de la part de ses confrères. Son péché est d’avoir soutenu la thèse d’un laboratoire indien qui veut que le SARS-CoV-2 est le résultat d’une en laboratoire du Vih responsable du Sida.

« (…) il y a un modèle qui est le virus classique, venant surtout de la chauve-souris, mais auquel on a ajouté par-dessus des séquences du VIH», rapporte Le Monde, reprenant ce Scientifique face à Cnew le 17 avril dernier.
Le Professeur Luc Montagnier fonde son assertion sur une étude publié fin janvier par des chercheurs de l’Indian Institute of Technology de New Delhi. Selon ces derniers, il existe une « similarité étrange » entre des séquences d’acides aminés du SARS-CoV-2 et du VIH-1.

En face, l’argument de cette thèse est balayé d’un revers de la main. Le SARS-CoV-2 ne présente aucune caractéristique artificielle. Etienne Simon-Loriere, chercheur à l’Institut Pasteur à Paris, s’insurge : « (…) il paraît peu plausible que des Scientifiques aient pu créer un virus qui interagisse aussi bien avec le récepteur ACE2 [par lequel il s’installe dans le corps humain], alors que ce mécanisme n’avait jamais été observé avant. »

En plus de penser que le SARS-CoV-2 est d’origine animal, c’est-à-dire transmis par le pangolin ou la chauve-souris, certains Scientifiques dont Gaëtan Burgio qualifient les propositions du professeur Luc Montagnier de loufoques. Étant donné ses positions iconoclastes sur certaines questions scientifiques. Dès lors ce prix Nobel est classé parmi « les prix Nobel qui ont déraillé ».

« Deux thèses sont aujourd’hui privilégiées : celle, avancée par les épidémiologistes, d’une transmission naturelle qui aurait transité par le marché aux animaux sauvages de Wuhan et un animal hôte, possiblement le pangolin ; l’autre, relancée le 16 avril par les États-Unis dans un contexte de bras de fer diplomatique avec la Chine, d’une contamination accidentelle dans un laboratoire de virologie de Wuhan réputé pour ses recherches sur la chauve-souris », conclu le monde.

Le SARS-CoV-2 est le nom officiel attribué au nouveau coronavirus identifié le 9 janvier 2020 dans la ville de Wuhan, chef-lieu de la province du Hubei en Chine.

Avec Le Monde