...
...
Responsive image

Menoua-Communautés : que recherchent Mboke Godlive Ntua à Ntsingbeu ?

Le préfet du département de la Menoua, Mboke Godlive Ntua, préside le 2 juillet une réunion capitale pour l’avenir du village Ntsingbeu, dans le groupement Bafou. Ce sera dans la salle des conférences de la préfecture de Dschang.

La démarche de M. Mboke Godlive Ntua à la tête de la Menoua depuis octobre 2019 fait suite à l’annonce des obsèques le 16 juin 2020 de Sa Majesté Kenhago Robert, chef du village Ntsingbeu décédé le 13 juin.

« J’ai l’honneur de vous inviter à prendre part à la séance de travail qu’il [Préfet de la Menoua, ndlr] présidera le Jeudi 02 juillet 2020 à 11 heures précises dans la salle des conférences de la préfecture de Dschang », écrit le sous-préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni à une poignée de personnalités triées sur le volet.

Dans la liste des personnalités conviées à ladite réunion dont l’objet porte « le règlement définitif du litige concernant la chefferie de 3e degré de TSINGBEU » figurent entre autres les chefs de villages Johny-Baleng, Batsing’la, Badzinfeng, le représentant de Dr Metangmo Pierre-Marie, Sa Majesté le Chef du groupement Bafou.

Le communiqué de l’autorité administrative installe le flou sur la qualité et le titre du défunt Kenhago Robert et laisse croire que la chefferie de 3e degré de Ntsingbeu pourra aux termes de cette réunion éclater en deux sous-chefferies, eu égard à la compréhension que suggèrent l’expression : « une Représentant des notables de chaque partie », allusion faite à Feu Kenhago et à Dr Metangmo Pierre-Marie.

Il va sans dire que la démarche du préfet de la Menoua, rapporte la lettre du sous-préfet Meboga Meboga Thierry au « Président du Comité d’Organisation des obsèques du Chef du village Ntsingbeu » , fait suite à une demande du Ministre de l’administration territoriale à qui la situation a été portée à sa « haute attention ».

La succession à la chefferie de Ntsingbeu n’est pas à son premier rebondissement. En 2015, lors du 60e anniversaire au trône de Sa Majesté Kenhago Robert le sous-préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni, à l’époque Fofie Mbouedia Christophe actuellement en poste à Douala 3e, avait dans un discours qualifié d’historique par les populations déclaré que le village Ntsingbeu n’a pas deux chefs. C’était en présence du préfet du département de la Menoua, Joseph Bertrand Mache Njouonwet, du président des tribunaux de Dschang, des chefs supérieurs Bafou et Baleveng.

Pour rappel, Dr Metangmo Pierre-Marie revendique le trône du village Ntsingbeu depuis les années 90. Une revendication qui se justifie par le fait que son géniteur aurait pu, à la mort de son père, monter au trône. Les voix discordent sur les raisons pour lequel cela n’a pas été fait. Il aurait décliné l’appel pour embrasser la chrétienté. D’où son remplacement par le père de Kenhago Robert.

Plus d’un siècle après les faits, quelle tournure va prendre cette affaires à rebondissements ? Ce n’est pas la première fois qu’un ministre soit saisi du dossier ; que le dossier soit déclaré clos par l’autorité administrative compétente, mais qu’il rebondisse à nouveau. Peut-être attendait-il la fin du règne de l’occupant du trône pour connaître un dénouement définitif. On espère que Ntsingbeu ne sera pas divisé en Ntsingbeu nord et Ntsingbeu sud, deux villages dont le développement reflètent exactement le Tanga Nord et le Tanga sud peint par Eza Boto dans « Ville Cruelle ».

Augustin Roger MOMOKANA