...
...
Responsive image

Commune de Dschang : Sa vision du développement présentée au cours d’une conférence de presse.

L’exécutif municipal de Dschang conduit par Jacquis KEMLEU TCHABGOU a échangé avec la presse et les citoyens jeudi dernier, à l’occasion d’une conférence de presse hybride. L’échange a porté sur la vision du développement de la Commune telle que planifiée par le conseil municipal issu du scrutin municipal du 9 février dernier.

« Nos ambitions pour la Commune de Dschang sont démesurées. Nous sommes des habitants et des citoyens d’une ville qui doit se battre pour construire son identité, son image », a exposé d’emblée le maire Jacquis KEMLEU TCHABGOU, avant de préciser que Dschang est un moteur du développement de la région de l’Ouest.

La vision du développement de la Commune de Dschang porte sur quatre grands axes : industrialisation, eau et assainissement, lutte contre l’incivisme et la délinquance, gouvernance interne.

Industrialisation
La politique d’industrialisation est adossée sur l’énergie électrique comme préalable. Aussi la mairie s’emploie-t-elle à réhabiliter l’ancienne centrale hydroélectrique communément appelée « Régie ». Des études de faisabilité sont engagées, et une équipe devrait bientôt identifier les habitations construites sur le long du canal transportant les eaux du Lac Municipal à l’usine. Ces occupants devront produire leur titre de propriété. La réhabilitation de Régie viendra s’ajouter aux trois autres microcentrales hydroélectriques en cours d’exécution : Lingang, Lefock, Foto, en l’occurrence.

Pendant ce temps, l’exécutif municipal s’active pour identifier la zone à ériger zone industrielle. Le tissu industriel local sera axé avant tout sur la conservation et transformation des produits agricoles.

Eaux et assainissement
C’est connu de tous, l’eau c’est la vie. L’un des défis majeurs majeur de cette mandature c’est l’approvisionnement en eau potable de la commune. Cette politique est déjà bien déployée dans le centre urbain, avec la réalisation de quatre forages et l’amorçage des quatre autres.

D’un autre côté le souci d’avoir une ville propre, ajouté au professionnalisme de l’Agence municipale de gestion des déchets, ont convaincu le conseil municipal de transférer entièrement la compétence de la gestion des déchets à l’AMGED. Pour plus d’efficacité, une tractopelle sera acquise dans les prochains jours pour le ramassage des déchets, un camion de vidange pour les déchets liquides ou encore boues de vidange. Il en est de même pour une usine ultra moderne de tri des déchets qui sera bientôt installé au niveau de la décharge municipale à Siteu.

L’objectif de ces déploiements vise à améliorer le taux de traitement des déchets dont la production quotidienne s’élève à 60 tonnes, contre 20 tonnes seulement traitées. Pour gagner le pari il est demandé aux ménages de participer à l’action d’assainissement de la ville, par l’abonnement à la pré-collecte participative des ordures ménagères.


Lutte contre l’incivisme et la délinquance
Une lutte sans merci est engagée sur plusieurs fronts, en vue de préserver l’environnement, de lutter contre les catastrophes naturelles dans le territoire de la Commune. Cette lutte va de la destruction des maisons en cours de construction sur le lac 8, à la matérialisation des parkings payants dans la ville, en passant par la signalétique, l’arrêt des constructions sur la colline du Signale qui a perdu 30 hectares de ses 42 au profit des individus. Pour stopper cette saignée du Signal, le permis de bâtir ne sera plus être délivré. Cette colline vitale pour la ville de Dschang en ce qu’il est à la fois une réserve forestière et un régulateur climatique.

Par ailleurs et embrayant sur le communiqué du gouverneur de la région de l’Ouest relatif à la météo pas favorable en juillet et en août, le maire de Dschang a attiré l’attention des populations des quartiers à risque dans la Commune. Il s’agit des habitants des quartiers « Marché B », Ngui, Lefock, Mingou, Mandong, Tsinfem, Régie, Canne à Sucre, Madagascar et Nteingue. Il s’agit également de Foréké-Dschang, Foto, Fotetsa, Fongo-Ndeng et Fossong Wentcheng dont les plantations sont sur des flancs de collines et de montagnes.

L’incivisme sur la voie publique sera sanctionné. Avis à ces personnes pour qui la voie publique est un bac à ordures.

Une journée communale d’appui aux couches sociales défavorisées est en cours de création.

Gouvernance interne
La « mandature des défis » ne pourra être un succès si la ressource humaine dont dispose la mairie ne rempli son devoir. Trois importantes décisions ont déjà été prises dont l’impact commence à se faire ressentir : l’installation du logiciel de gestion Assimba pour les services financiers, l’interdiction de toute opération financière en dehors de la banque, l’installation d’un pointeur électronique pour prendre les heures d’arrivée au travail et de départ pour l’ensemble du personnel.

Cette réorganisation a permis à la Commune de Dschang de relever son assiette fiscale, de sécuriser ses ressources, d’éponger ses arriérés de salaires, de démasquer les commerçants qui occupent les boutiques de la mairie au Marché de Tsinfem sans s’acquitter du loyer.

« Nous invitons nos collaborateurs à être plus présents sur le terrain du service public. Notre Commune en ce qui concerne le BIP a réalisé au 1er juillet 2020 un taux de passation des marchés de 100%. »

La conférence de presse s’est clôturée par la remise des cannes aux personnes handicapées, et la réception d’un don de 10 ordinateurs d’un fils de la Menoua résidant en Allemagne. Les dons aux handicapés sont d’une valeur de 1,5 million FCFA représentant le transfert de compétences du Ministère des affaires sociales à la collectivité territoriale de Dschang.

Augustin Roger MOMOKANA