...
...
Responsive image

Menoua – Commune de Dschang : Le Maire de affûte sa police en vue de la grande casse.

Pour avoir une ville de Dschang moderne et agréable à vivre, il va falloir casser des œufs. Ces œufs c’est la fin du désordre annoncé par le locataire de l’Hôtel de ville de Dschang.

La semaine du 4 août s’annonce fatidique aussi bien pour les conseillers municipaux que pour les citoyens exerçant sur l’emprise de la voie publique.

Une opération d’assainissement de grande envergure est annoncée qui va consister au nettoyage des abords des routes. Elle consistera à détruire les kiosques et étalages sur les vérandas sur tous les axes, démolition des auvents aménagés au-dessus des bâtiments sur tous les axes, démolition des kiosques à moins de 7 mètres après les caniveaux sur l’axe principale, ou à moins de 4 mètres sur les axes secondaires ; l’enlèvement des épaves ou épaves de véhicules abandonnés sur tous les axes, la démolition des dépôts de bois et fabriques des agios en béton sur tous les axes.

La mise en demeure servie aux intéressés est prorogé jusqu’au 4 août date du démarrage des grandes casses. La mairie ne va pas se contenter de casser, mais elle entend faire payer aux victimes des amendes.

Depuis son élection à l’hôtel de ville de Dschang, le maire Jacquis KEMLEU TCHABGOU et son équipe ont promis de transformer le visage de la ville. Cela passe naturellement par des mesures fortes qui, à termes vont combattre l’incivisme et la délinquance citoyenne tant décriée aussi bien par le conseil municipal que par les habitants de la Commune.

Le déploiement affiché par Jacquis KEMLEU TCHABGOU a déjà porté des fruits en matière d’eau potable. Quatre forages ont été exécutés en moins de quatre mois d’exercices, et les quatre autres devront voir le jour avant la fin de l’année. Après l’eau, voici annoncé l’enlèvement des kiosques et autres épaves qui enlaidissent la ville. Il est attendu qu’après la casse, qui ne va certainement pas durer une éternité, les populations attendent le maire sur le chantier de la réhabilitation des routes dont l’état impraticable se passe de tout commentaire.

« (…) à compter du mardi 04 août 2020, délai de rigueur, tous les contrevenants verront leurs installations démolies et enlevées à leur dépens avec en plus le paiement d’amendes y afférentes », tranche le maire de Dschang dans un communiqué rendu publique ce 28 juillet 2020.

Augustin Roger MOMOKANA