...
...
Responsive image

Dschang : la Journée internationale pour la diversité socioculturelle et pour la lutte contre la discrimination.

La diversité socioculturelle et pour la lutte contre la discrimination au cœur d’un talk show mercredi 29 juillet 2020.

Cette initiative de la délégation départementale des arts et de la culture (MINAC), en collaboration avec l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang (AFCD), a mobilisé près d’une cinquantaine de personnes dont des artistes, des Universitaires, et des étudiants.

Sur le thème « La diversité socioculturelle et lutte contre la discrimination dans la Menoua » ce talk show a été animé par Dr Bell Fanon Ouelega (actuaire), Kougang Astride (Inspecteur des affaires sociales), Ndoungue Mireille Laure (psychologue clinicienne) et Maître Albert Dongmo (historien).
Pendant près de trois heures d’horloge, le panel sous le contrôle du professeur Alexandre Djimeli, a creusé démonté la thématique, à travers les séquences prédéfinies et relatives à leur champs de compétences.
Ainsi, Dr Bell Fanon Ouelaga, enseignant d’université, promoteur du Musée Baré Tchamba et auteur de « Monographie de la panthère et de la mygale » a trouvé les sources de la discrimination dans la religion, la race, la langue, la religion et dans une moindre mesure le dynamisme ou la force entrepreneuriale. Pour surmonter toute discrimination, il est nécessaire de se connaître soi-même.

Maitre Albert Dongmo pour sa part qui identifie deux grands « biotopes socioculturels » dans le département de la Menoua (Bamiléké, Mbo) identifie le genre, l’âge, le pouvoir d’achat comme sources potentielle de discriminations. Selon l’historien, la discrimination est la recherche du contrôle des ressources. Elle vise dans ce cas à éloigner les adversaires. Pour en sortir il faut procéder par l’éducation et ce qu’il appelle « l’identité relationnelle », à savoir que chacun a quelque chose à apporter à l’autre.

Madame Kougang Astride épse Mouaffo quant à elle a centré son intervention sur les questions de genre et les stéréotypes sexistes. Pour aboutir à la nécessiter de dialoguer dans le but de consolider une société diversifiée.

Madame Ndoungue Tsague Mireille Laure a procédé par la définition des mots pour montrer la complexité qu’il y a à examiner les causes de la discrimination. En focalisant son intervention sur la dépigmentation volontaire de la peau qui est une dérive identitaire choisie.
En somme, les intervenants se sont accordés sur la nécessité d’une éducation qui prend en compte les diversités, l’inclusion.

Augustin Roger MOMOKANA