...
...
Responsive image

Cameroun – Société : les 10 enfants d’un couple dans la rue à cause de la Covid-19.

« Nous saluons ce grand geste de magnanimité du PIPAD et ses amis qui émane de la volonté de cœur de cette structure qui a bien voulu venir en aide à cette famille en détresse. Merci mille fois pour ce geste de générosité. Merci pour votre sensibilité. Les pouvoirs publics ne peuvent qu’en être fiers et vous encourager de poursuivre dans la même voie », LIPAMBO Simplice est le Chef BADL à la sous-préfecture de Penka-Michel.

La vidéo n’était pas un fake. Tout comme les réseaux sociaux ne sont pas ce que racontent des hommes politiques mal renseignés. Grâce aux réseaux sociaux, 10 enfants chicards de Penka-Michel vont connaître un sort différent de la mort qui avait entrepris de les recouvrir du linceul.

Après avoir vu la vidéo, Dr SANOU SOBZE, le président du Projet intégré pour la promotion de l’auto développement (PIPAD) est meurtri. Il l’a partagé avec ses amis dont MAFFO Suzana SANDOZ, Vincenzo Cristiano de Ala Milano Onlus et Annette DJUA, la présidente du Réseau des Femmes de la Menoua. Une chaine de solidarité se tisse.

« Je dis merci au PIPAD et à Maffo Suzana pour le soutien que vous nous apportez. Que Dieu vous bénisse afin que vous puissiez encore aider d’autres personnes qui, comme nous sont dans le besoin», KACHE Sabine est la mère des enfants dont la vidéo défraie la chronique.

Maffo Suzana SANDOZ a été faire reine par sa Majesté feu MOMO Jean Claude de Foto. Depuis lors, elle ne rate jamais l’occasion pour assumer cette lourde responsabilité. Lors de son dernier voyage à Dschang, en novembre 2019, ceux qui étaient présents aux festivités du défunt roi des Foto ont pu apprécier son dynamisme, sa jovialité et sa participation.

Les enfants ont repris goût à la vie grâce à l'intervention du Sous-préfet et des bonnes volontés


Dimanche 30 août 2020, une délégation conduite M. LIPAMBO Simplice, Chef BADL à la sous-préfecture de Penka-Michel dans laquelle se trouve Dr SANOU SOBZE Martin et madame Annette DJUA se rend à Penka-Michel, plus précisément à Baneghang, quartier Batcheu.

Une voiture a été réquisitionnée pour le don destiné à la famille dont la triste vidéo des enfants a été postée sur les réseaux sociaux. Lorsque son moteur s’éteint à l’entrée de la concession, quelques enfants suivis de leur maman accourent. Le chauffeur décharge sa voiture et ces gens se chargent, aidés par d’autres arrivés à leur suite, de les ramener à la maison.

Après des salutations d’usage, le sous-préfet demande que le lit soit dressé dans la cour, puis que le Président du PIPAD présente le don. Il se présente comme ci-après :
- 1 lit de deux places
- 02 matelas
- 04 oreillers
- 5 draps
- Deux marmites
- Cinq seaux
- Un seau à robinet pour lavage des mains
- Un sac de riz,
- Une tine d’huile de palme
- Un carton de savon
- Des brosses à dents
- Du dentifrice
- Des serviettes
- Deux machettes
- Deux houes
- Des plans de bananiers
- Des plans de moringa
- Des plans d’artemesia
- Deux sacs de fientes

Non seulement le PIPAD et ses amis ont décidé de voler au secours des cinq enfants présentés dans la vidéo, mais ils ont aussi opté pour leur donner le moyens de cultiver la terre pour produire des denrées pour se nourrir et pour se soigner.

En recevant ce don, la mère abandonnée par son mari avec une charge de dix enfants a émis le vœu d’avoir un moulin à maïs et à condiments. Cela lui permettrait de s’installer définitivement au village pour s’occuper de ses enfants. Dr SANOU SOBZE Martin a promis de recontacter ses partenaires pour ce faire. D’ailleurs, cette préoccupation a suggéré au PIPAD un projet baptisé Fixation de la Femme. Il s’agit d’un projet qui va permettre d’aider les femmes très démunies à entreprendre pour mener une vie acceptable, décente.

« Je veux rester au village si je peux trouver un emplacement commercial ici même ou au marché Baneghang pour mener une activité qui, en plus de l’agriculture, peut me permettre de joindre de m’occuper de manière satisfaisante», a déclaré KACHE Sabine à Sinotables.

Pour rappel, il y quelques jours une vidéo a été publiée sur les réseaux sociaux. Elle présente cinq enfants abandonnés par leur mère à leur grand-mère qui est incapable de s’en occuper. Du coup ces enfants sont devenus une proie pour la chique.

« C’est une de ses connaissance au États-Unis qui l’appelle pour lui dire ‘Chef de terre il se pourrait que sur votre territoire de commandement il y ait une situation qui est entrain de prévaloir. Tiens ! Voilà la vidéo ! Il voit la vidéo’. Il la découvre aussi. Et l’auteur de la vidéo dit bien : 'nous allons contacter les services sociaux de Penka-Michel à l’effet de retrouver les parents de ces enfants-ci.'. Malheureusement au lieu de se rapprocher de ces services sociaux et de la sous-préfecture, il lance la vidéo sur les réseaux sociaux ».

M. le représentant du Sous-préfet remet symboliquement un drap à la mère des enfants


Saisis donc du dossier par une connaissance aux États-Unis, le sous-préfet de Penka-Michel s’est donc rendu dans la famille en question. Il a immédiatement fait prendre en charge ces enfants par la pédiatre de l’hôpital de district. La maman qui avait abandonné ses enfants pour aller « débrouiller » à Douala a regagné le village.

« Nous vivions à Bafoussam. Depuis trois ans, mon mari m’a abandonné avec les enfants. Avant le coronavirus je me débrouillais bien pour leur donner à manger. Je braisais des brochettes de poulet et le bénéfice que j’en tirais nous permettait de s’alimenter. Puis lorsque le corona est arrivé on a tout fermé. Au bout de quelques semaines mes petites économies étaient épuisées. Je ne pouvais plus tenir à Bafoussam. C’est alors que je suis allé laisser les enfants à ma mère. Après, je ne pouvais pas rester là à ne rien faire. Pour cela je suis partie pour Douala. J’étais là-bas quand j’ai appris qu’on a mis mes enfants sur internet », a confié KACHE Sabine à Sinotables.

La vidéo présentait cinq enfants chicards. Les cinq autres, les plus âgés, sont dans le même besoin car la vie n’est guère reluisante. L’ainé est apprenti mécanicien, et il vient de prendre avec lui son cadet. Sa sœur de 16 ans qui voulait apprendre la couture s’est lassée faute de patience, et est partie pour se « chercher à Douala ».

« Je remercie le PIPAD et ses amis pour la main forte qu’ils nous ont apportés. Je vais m’organiser pour mettre les plantes que vous m’avez offertes dans le sol et m’occuper normalement de mes enfants. Madame la député de Penka-Michel a promis d’inscrire les enfants à l’école et d’acheter leurs fournitures scolaires. »

Le PIPAD ne compte pas s’arrêter au don. Dr SANOU SOBZE envisage déjà ce qu’il appelle Programme de Fixation pour KACHE Sabine. Il s’agit, « Comment fixer la mère pour qu’elle reste s’occuper de ses 10 enfants ? Ce qui nous préoccupe le plus c’est l’équation maman. Elle va nous proposer une activité génératrice de revenus qu’elle peut mener. Le PIPAD, Maffo Suzana SANDOZ et toutes ses amies à qui je dis un merci retentissant vont agir. Le sous-préfet nous a dit que des cas similaires sont courants dans cet arrondissement. Nous félicitions la grand-mère pour la volonté qu’elle a eue de prendre les enfants malgré son âge et son état de santé. Elle a pu faire le travail à son niveau et nous nous interdisons de la juger», a-t-il expliqué à Sinotables.

Augustin Roger MOMOKANA