...
...
Responsive image

Dschang : Le patriarche René Poundé a inauguré « Mythes et Légendes ».

Spread the love

« Mythes et Légendes » est le nouveau programme mensuel de l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang (AFCD). Il va permettre aux citoyens de mieux connaitre la ville qui les accueille.

Pour l’édition inaugurale l’AFCD a fait appel à René POUNDE. Il est né et a grandi à Dschang, avant de prendre la route de l’occident où il a passé une partie de sa vie; avant de revenir définitivement dans la vie natale.

Revenu à Dschang, il passe le clair de son temps à partager ses connaissances à quiconque en a besoin. Parmi sa clientèle de nombreux étudiants chercheurs et des artistes venant d’ici et d’ailleurs. C’est qu’il a une parfaite connaissance de l’histoire de Dschang, des relations franco-camerounaises et de la culture dans le monde.

Que signifie Paid Ground ? « Viens acheter ta parcelle de terrain », répond-il. Le quartier derrière l’hôpital de district est ainsi le tout premier quartier de la ville créé sur la base des attributions des lotissements. A l’opposé, les quartiers Haoussa, Madagascar ont été créé pour loger la main d’œuvre trouvée hors de Dschang et parfois du Cameroun.

Dschang Kuna ? Dschang Kuna est un abus. Parce qu’en termes de production porcine Dschang ne représente rien. Toutefois, ce qui est vrai c’est que Dschang est ce centre d’acclimatation du porc blanc. C’est à Dschang qu’on venait acheter les porcelets destinés à l’élevage.

Dschang Shoes ? Des sandales et chaussures taillées sur des roues de voitures. Parce que les premiers artisans trouvaient leur matière première (pneus usagés) à la SEMCA (Secteur de Modernisation des Cultures d’Altitude) dont la Compagnie Pastorale à Bafou était la plantation des cultures.

Dschang Man ? Le Dschang man, c’est le nga’na ; c’est-à-dire les gens partis de Bafoussam, Bangangté, Bafang, Mbouda pour s’installer dans la nouvelle ville. Parce que les autochtones se définissent par leur village (Foto, Foréké, Bafou, etc. Exemple : « Je suis de Foto ».

Interrogé par le jeune historien Marius FONKOU, René POUNDE a parcouru l’histoire de Dschang depuis la création par les Allemands du Fort de Dschang à la création de l’Université de Dschang. Un parcours qui a largement édifié son public en majorité d’étudiants.

Ce qui demeure constant, c’est la définition de la terminologie Dschang, ainsi que la date de la création de la ville. Selon le patriarche, Dschang signifie Atsa’a Tsang (terre de palabre) ; allusion faite au conflit né de la succession à la tête du Royaume Foto. De la bande de terre du bâtiment annexe de la Mairie au tracée du cours d’eau du marché B jusqu’à Lifock.

Les passionnés de l’histoire et les amoureux de Dschang, samedi 20 février 2021, se sont abreuvés à la bonne source. D’autres rendez-vous suivront, cette fois sur des thématiques spécifiques : Agriculture, Eau, infrastructures, éducation, sport, arts et culture, Université, etc.

Augustin Roger MOMOKANA