Menoua – Foréké-Dschang : le nouveau bureau de l’ADIFORD appelle à la mobilisation générale pour le développement économique.

« Je remercie sincèrement la communauté, ainsi que Sa Majesté le chef supérieur Foréké-Dschang, pour la confiance placée en ce bureau que je préside et qui va rendre son tablier dans un instant; afin qu’on le confie à une autre équipe pour qu’elle assure la continuité. » : Mbih Sob Mbeuh Ngong FOMETHE Anaclet, président sortant de l’ADIFORD.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 17 août 2021.

L’Association pour le développement intégré de Foréké-Dschang (ADIFORD) s’est réunie en congrès général samedi 07 août 2021 en la salle des réunions du Palais royal à Nguiè-Nog.

Une vue de la salle du congrès général de Foréké-Dschang

En présence de sa majesté DJOUMESSI III WAMBA Mathias, les congressistes venus des quatre coins du Cameroun ont planché sur le bilan de l’association depuis 2010, avant de boucler par l’élection d’un nouveau bureau.

Il convient de souligner que depuis le Congrès général et la Fête de l’excellence en 2010, l’ADIFORD était tombée dans une sorte d’hibernation. Ce qui n’a pas pour autant pas occulté les efforts aussi bien individuels que communautaires pour le développement de Foréké-Dschang.

Prise de parole par Sa Majesté DJOUMESSI III WAMBA Mathias

« L’innovation que nous avons apporté est la décentralisation. Les comités de développement des villages sont d’une importance capitale en tant qu’acteurs du développement de proximité. Ce qui nous a manqués, peut-être, c’est capitaliser les données pour les centraliser, pour les rendre visibles » : Mbih Sob Mbeuh Ngong FOMETHE Anaclet, président sortant de l’ADIFORD.

C’est d’ailleurs sous cette impasse que, depuis quelques années, le Palais royal de Ngiè-Nog connait une réhabilitation progressive. Sans oublier la reconstruction de l’Entrée principale du Palais royal, la construction d’une case royale, la célébration de l’excellence scolaire, l’aménagement des pistes de collecte des produits, l’adduction en eau dans la plupart des quartiers, etc.

Plus de 21 millions en espèces et en natures ont ainsi été collectés pour les chantiers de développement du groupement. Il s’agit des contributions provenant des filles et fils du village d’une part, et des amis, d’autre part. Au moment où s’ouvre ce congrès le compte de l’ADIFORD est crédité de près de 70 000 francs.

Mbih Sob Mbeuh Ngong FOMETHE Anaclet, le président du bureau sortant

« Ce qu’on demande aux comités de développement des villages et aux Medzon c’est qu’ils remontent leurs réalisations auprès de l’ADIFORD. C’est la seule possibilité qu’a le bureau national pour consolider notre base de données. Ce qui se passe à Zideng peut lui échapper. Ce qui se passe à Lippo peut lui échapper, etc. »

Après avoir examiné et approuvé les comptes et le rapport moral, les congressistes ont accueilli favorablement la démission du bureau national présidé par le professeur Mbih Sob Mbeuh Ngong FOMETHE Anaclet. Dans ce bureau siégeait aussi Docteur NKENGFACK Hilaire (Secrétaire général Adjoint, et professeur TEMGOUA Émile (Trésorier).

Aussitôt dit des élections ont été ouvertes. Pendant une trentaine de minutes des tractations ont permis de présenter une liste consensuelle. Elle était portée par NAPONG Chaudier.

Sa Majesté DJOUMESSI III WAMBA pose avec le nouveau bureau national de l’ADIFORD

Liste du nouveau bureau national de l’ADIFORD:

Président : M. NAPONG Chaudier
Secrétaire Général : M. SONFACK Aristide
Secrétaire Général Adjoint n°1 : M. NANGMO ZEUFACK Hubert
Secrétaire Général Adjoint n°2 : M. DONZEU ZEUFACK Victor
Trésorier : M. SATSA André
Conseiller : M. NAFACK Alphonse

Les congressistes ont immortalisé cette rencontre à travers cette photo de famille

« Nous engageons une nouvelle phase de notre fonctionnement. Pour occuper la présidence de notre comité de développement le candidat devra présenter son cahier de charges. De telle sorte qu’à la fin de son mandat on puisse s’appuyer dessus pour voir ce qui a été réalisé et ce qui reste à faire. C’est le seul critère qui nous permettra de sanctionner objectivement les uns et les autres. Les besoins doivent être remontés par les quartiers car, ils sont les seuls à pouvoir exprimer exactement leurs attentes vis-à-vis du comité de développement » : Efo Ndeuk NAFACK Alphonse.

Le bureau conduit par NAPONG Chaudier, contrairement au précédant qui était tenu par des enseignants, est aux mains des hommes d’affaires. D’ailleurs, son président n’a pas tardé pour dévoiler ses ambitions. Il s’agit d’investir dans le village pour créer des emplois et doper l’économie locale. Pour cela il est impératif que les uns et les autres se donnent la main. Rien de grand ne pouvant être fait dans la division.

La prise de parole de Efo Ndeuk NAFACK Alphonse

« Il n’y a pas de camp des ainés, il n’y a pas de camp des cadets. Il n’y a pas le temps de ceux qui sont à Douala, il n’y a le temps de ceux qui sont à Yaoundé. Nous avons fait quelque chose d’extraordinaire pour la MC². Pourquoi ne sommes-nous pas unis pour le développement de notre village? Mon vœu le plus cher c’est que notre acceptation soit réciproque et véritable. Nous sommes dans une zone urbaine. Capitalisons dessus », a martelé Efo Ndeuk NAFACK Alphonse.

Le nouveau président pour sa part a lancé un vibrant appel à tous les filles et fils de Foréké-Dschang afin qu’ils se mobilisent autour de l’ADIFORD : « Qu’ils se mobilisent parce que c’est ensemble que nous allons rendre notre groupement économiquement et socialement viable. Nous attendons les idées et les contributions pour concrétiser notre volonté de transformer notre village. La tâche qui m’a été confiée m’assomme déjà, mais je l’ai acceptée ; et je vais m’y consacrer pour deux ans. Les priorités sont les routes, l’eau et l’électrification.»

La Maison des Magni construite et offerte par Monsieur NAPONG Chaudier

Pour clôturer cette édition du congrès général, les congressistes et sa majesté DJOUMESSI III WAMBA Mathias se sont transportés à l’esplanade du Palais royal. Plus précisément devant la Maison construite par NAPONG Chaudier pour les Magnis. En leur remettant solennellement les clés de cette belle bâtisse décorée au bambou, le donateur a dit qu’il l’a fait parce qu’il a eu de la peine de constater que ces mères, dont le rôle dans le processus de pacification du village n’est pas méconnu, tiennent leurs réunions à l’aire libre. Leur case étant tombée en ruines sous la pression des intempéries.

Les Magni font remettre par Sa Majesté une tenue traditionnelle à leur généreux donateur

En retour, comme pour lui témoigner de leur gratitude, les femmes et les pères de jumeaux ont gratifié leur généreux bienfaiteur de quelques attributs, notamment un boubou en ndop, une chéchia, une queue de cheval. Ces symboles lui ont été remis par des notables, sous la supervision de Sa Majesté DJOUMESSI III WAMBA Mathias qui a, quant à lui, a offert quelques jujubes ce digne fils, promoteur de la société NAPCAM.

Le président NAPONG Chaudier et le medzon venu de Yaoundé

Augustin Roger MOMOKANA

Menoua – Foréké-Dschang : le nouveau bureau de l’ADIFORD appelle à la mobilisation générale pour le développement économique. – Sinotables