Affaire des déguerpis du palais royal Foumban: Le sultan Ibrahim Mbombo Njoya justifie son acte.

Par Sinotables 18/09/2017

Boutiques du palais royal Bamoun.jpg

Boutiques du palais royal Bamoun.jpg


Leur déguerpissement est beaucoup plus lié à leurs comportements irresponsables et antipatriotes. Ils sont aussi bien escrocs que bandits.

Les fabricants de chaussures installés au niveau de l’entrée du palais royal bamoun sont aux abois et accusent le sultan Ibrahim Mbombo Njoya de les avoir jetés dans la rue, compromettant au passage l’année scolaire de leurs enfants et la cohésion de leur foyer.

Face à de telles accusations gravissimes, le sultan, par la voix du secrétaire du palais royal, a effectué une sortie ; laquelle rétablit la vérité des faits. En effet, amorce la voix du palais royal « les artisans fabriquant des chaussures samara, ont été notifiés depuis un an et demi. Justement par ce que le roi veut tout simplement rénover la façade du palais. »

Les 10 boutiques au centre de la crise sont la propriété exclusive du palais, le témoigne leur titre foncier.  Au-delà de la rénovation, la décision de mettre dehors leurs occupants découlent de plusieurs actes et comportements irresponsables et inadmissibles perpétrés  par certains et qui portent atteinte à la grande réputation du palais royal Bamoun. 

Selon le secrétariat du roi des BAMOUN, « les artisans fabriquant des chaussures samara, ont été notifiés depuis un an et demi. Justement par ce que le roi veut tout simplement rénover la façade du palais. Mais il a été constaté que ces « artisans étant à l'entrée principale du palais abandonnent leurs boulots pour venir escroquer des sommes à partir de 10 000 (FCFA) par personne sous prétexte que la visite ou du moins l'entrée au palais par une personne étrangère au royaume ».

Plus grave, des objets volés dans le palais sont retrouvés chez eux, à l’instar de cet ivoire volé au mois de mai et qui a été retrouvé quelques jours plus tard chez l'un de ces artisans. L’intéresse serait toujours en fuite.  Pour enfoncer le clou, le roi constate que « ces gens ne  paient absolument rien ni à la mairie ni au palais royal. »  

Le secrétaire du roi Bamoun tient à préciser, s’agissant de la visite du palais royal, qu’elle est « libre et gratuite ». Seul l’accès au musée coûte 500 FCFA au visiteur. 

Mbeuh KOUGANG (Collaboration)




Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet