Dschang : Plus d’1 milliard de francs pour la stratégie concertée d’accès à l’eau potable et assainissement.

Par Sinotables 01/11/2017

Atelier de restitution et validation de la stratégie municipale concertée d'accès à l'eau potable et assainissement dans la commune de Dschang.jpg

Atelier de restitution et validation de la stratégie municipale concertée d'accès à l'eau potable et assainissement dans la commune de Dschang.jpg


La stratégie municipale concertée d'accès à l'eau potable et assainissement vient d’être adoptée. Elle coûtera à la commune de Dschang plus d’1 milliard de francs CFA.

La salle des fêtes du bâtiment annexe b (Ex commune rurale de Dschang) de la Commune de Dschang a accueilli mardi 31 octobre 2017 l’atelier de restitution et validation de la stratégie municipale concertée d’accès à l’eau potable et assainissement de base de Dschang.

L'atelier du mardi 31 octobre 2017 consacré à la restitution et validation de la stratégie municipale concertée d'accès à l'eau potable et assainissement dans la commune de Dschang a livré son bilan. Cette étude s'inscrit en droite ligne du PIGEDEA (Programme intercommunal de gestion durable de l'eau et de l'assainissement).

Désormais, la  commune de Dschang maîtrise parfaitement  ses problèmes en eau potable et assainissement. Il lui reste à rechercher et à mobiliser les ressources nécessaires pour remettre en état ce qui est en panne, améliorer ce qui doit l’être, et réaliser des ouvrages suivant les normes prescrites par l’équipe d’experts.

Tsiguia Gabriel, l’expert  qui a conduit l’équipe du Pipad pour le Diagnostic technique approfondi des ouvrages d’eau et assainissement de base pour la commune de Dschang constate que les problèmes pour certains sont de gestion. Parfois le forage ou le puits est abandonné pour un problème de 2500 francs.

Il va sans dire que le budget alloué à la réalisation d’ouvrages doit être conséquent, et les choix des sites recommandés bien observés. Aussi, le renforcement des capacités opérationnelles de l’agence municipale de l’eau et de l’énergie (AMEE), l’incitation de l’investissement privé dans l’adduction d’eau potable et l’assainissement, la création des comités d’hygiène dans les écoles et collèges, la construction des forages avec château d’eau, la création et l’animation des comités de gestion d’eau, la construction des latrines modernes  dans les écoles, marchés et places publiques, la vulgarisation des techniques de potabilisation de l’eau et la formation des vendeurs d’eau potable sont des priorités.

Selon l’équipe d'experts du PIPAD, la mise en œuvre de cette stratégie nécessite un investissement de d’1 milliard 170 millions 837000 FCFA.  

 Augustin Roger MOMOKANA




Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet