Discours du Départemental du MRC lors du Grand meeting de la Menoua du 19 novembre 2017

Par Sinotables 22/11/2017

M. Christian FOUELEFACK, Départemental du MRC et le président Maurice KAMTO lors du meeting de Dschang..jpg

M. Christian FOUELEFACK, Départemental du MRC et le président Maurice KAMTO lors du meeting de Dschang..jpg


Le MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun a tenu un meeting de relance des activités dans la Menoua dimanche 19 novembre 2017. Ce meeting organisé par la coordination départementale de la Menoua a connu, entre autres, la présence du professeur Maurice Kamto, président dudit parti.

Nous vous livrons le discours prononcé par Dr Christian Fouelefack. Il est le secrétaire départemental du MRC pour la Menoua.

 

Monsieur le Président National du Mouvement Pour la Renaissance du Cameroun

Monsieur le Secrétaire National

Messieurs les membres du Directoire National

Monsieur le Président National de la Dynamique

Monsieur le représentant du sous-préfet de Dschang

Honorable à l’Assemblée Nationale

Monsieur le Régional Ouest et sa suite

Messieurs les Départementaux et leurs suites

Messieurs les secrétaires des fédérations communales et leurs suites

Autorités traditionnelles et religieuses

Chers invités en vos titres et fonctions respectifs;

Chers militantes et militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun

Chers sympathisants et autres observateurs,

Mesdames et messieurs,

Soyez une fois de plus les bienvenus ici à la place des fêtes de Dschang où nous organisons en ce jour le meeting départemental de relance des activités du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun dans la Menoua.

Avant toute chose, permettez-moi d’inviter ici un certain nombre de personnes dont la présence à mes côtés, témoigne de leurs efforts multiformes sur le terrain politique dans la Ménoua. Il s’agit de :

Dès le lendemain de notre convention nationale du 30 septembre 2012, nous nous sommes engagés à implanter le parti dans la Menoua. Cela n’a pas été une tâche facile pour nous, eu égard au contexte politique national que nous connaissons, fait d’obstacles de toutes natures, de découragement, de désespoir et d’appel à l’abandon. Mais nous n’avons pas reculé. Nous avons pris le temps nécessaire pour expliquer aux compatriotes, la particularité du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun et le souffle de l’espoir que nous portions en cette nouvelle formation politique. Le temps nous donné raison au regard du chemin parcouru. Aujourd’hui, le MRC est implanté dans les six arrondissements du Département de la Menoua à savoir : Penka Michel, Nkong Ni, Santchou, Fongo Tongo, Fokoué et Dschang.  Dans chacun de ces arrondissements, des directoires communaux sont actifs sur le terrain. Bien plus, nous avons installé des directoires dans 3/5 ème des Groupements du département de la Menoua et nous comptons actuellement plus de deux cents unités dans les quartiers dont les dernières ont été installées ce mardi 14 novembre à Bamendou dans l’arrondissement de Penka Michel. De nombreuses autres unités sont en gestation dans les différentes communes. Le travail effectué pour conduire notre parti à la victoire lors des futures échéances électorales a déjà été fait à 75% dans le Département de la Menoua. Nous pensons terminer les 25% restants dans les jours qui arrivent. Nous promettons ainsi qu’avant mars 2018 le terrain sera bouclé à 100% dans la Menoua et nous serons candidats à tous les postes électifs dans la Menoua. C’est ainsi que nous travaillerons à installer le candidat du MRC à Etoudi en 2018 en passant par le grand portail. Pour cela, nous reprendrons dès le 1er janvier 2018 la sensibilisation pour les inscriptions sur les listes électorales ainsi que la sensibilisation pour les retraits des cartes d’électeurs en partenariat avec les antennes Elecam-Menoua.

Monsieur le Président National

La Menoua qui vous accueille aujourd’hui comme tout premier chef-lieu d’un simple Département, est un des rares départements qui ne soit pas chef-lieu de région, à abriter  une Université d’Etat parmi les huit. Elle est justement la seule université camerounaise sans grande école, C'est-à-dire, la seule université qui n’a pas une école qui voit ses élèves intégrés à la fonction publique à la fin de leur formation ou pouvant se mettre à leur propre compte dans une profession libérale. L’Université de Dschang avait pourtant fait l’objet au même titre que certaines de ses consœurs, d’une promesse présidentielle de la création d’une faculté de médecine. Si cette promesse a été matérialisée ailleurs, elle ne l’a pas encore été ici. Et pourtant la promesse  datant de 2007 a été matérialisée ailleurs. Il y a environ un mois, une rumeur officielle faisait état de ce que l’instruction pour la création de la faculté de médecine de l’université de Dschang à Dschang avait été donnée. Le texte officiel demeure attendu. Bien plus, cette université ne bouderait pas l’ouverture en son sein d’une Ecole Normale Supérieure. Quoi qu’il en soit, Monsieur le Président, les populations de la Menoua sortent doucement de ces illusions et comptent sur vous pour la matérialisation de leurs vœux. Elles comptent sur vous pour ressusciter la SODERIM de Santchou, pour réhabiliter la CAPLAME, l’un des principaux démembrements de l’UCCAO dont certains magasins abritent aujourd’hui les auberges et les églises de réveil. Elles comptent sur vous pour une solution durable aux glissements de terrain répétés dans l’arrondissement de Santchou. Elles comptent sur vous pour la réhabilitation du Centre Climatique de Dschang afin de faire de ce lieu le petit paradis de repos qu’il était dans le temps faisant courir de nombreux touristes. Elles comptent sur vous pour enfin voir et bénéficier des bienfaits de l’exploitation de la bauxite de Fongo Tongo dont on parle depuis tant d’années. Elles comptent sur vous pour redonner sens à la réserve de Santchou, tout comme elles comptent sur vous pour voir exploiter les abords du lac municipal de Dschang, cette merveille que la nature nous a offerte, tout comme elles comptent sur vous pour redonner vie à l’aviation de Dschang… Nos attentes sont immenses et nous sommes conscients que de nombreux citoyens camerounais ici et ailleurs comptent sur vous.

Avec toutes ces nombreuses attentes, nous comprenons pourquoi vous avez bien voulu parler de Renaissance du Cameroun.

A mes frères et sœurs, mes parents du département de la Menoua et d’ailleurs qui trainent encore le pas, qui hésitent à rejoindre le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, le TGV de la Renaissance, je dis, comme le dit notre Président National ici présent, n’ayez pas peur. Ne vous laissez pas entrainer par la dictature du ventre et du besoin immédiat. N’ayez pas peur de vous engager pour un vrai et profond changement. Mes camarades et moi, nous sommes la preuve que chacun doit pouvoir tenir ferme ses convictions pour espérer un lendemain meilleur. Nous sommes fonctionnaires et opérateurs économiques, nous sommes planteurs et bayam-sellam, Benskineur et call boxeur et avons fait le choix du sacrifice pour la Renaissance du Cameroun. Mais, nous seuls ne parviendront pas à mener le combat jusqu’au bout. Ensemble ce sera possible.

Je profite de cette occasion pour m’adresser à nos adversaires politiques dans la Menoua. Chers frères et sœurs du camp d’en face,  la politique n’est pas la guerre, elle doit dans tous les cas être le moyen pour trouver des solutions aux problèmes de notre cité. Faire affecter ou nommer au loin ceux qui ne partagent pas votre vision de la gestion de notre cité n’est que petitesse. C’est même la preuve palpable de votre échec à convaincre par des actions concrètes sur le terrain. Ces méthodes moyenâgeuses, appliquées par les administrateurs coloniaux, et reprises en plein 21ème siècle, ne sont pas dignes de notre époque où le semblant de démocratie que nous pratiquons exige un peu d’élégance, un peu de tolérance, un peu de tact et de style.

Monsieur le Président, acceptez symboliquement, cette queue de cheval de couleur blanche, que les populations de la Menoua ont bien voulu vous offrir à l’occasion de votre première descente officielle dans cette ville en qualité de PN du MRC. Cette queue de cheval symbolise, entre autre, notre engagement à vos côtés, la pureté de notre soutien et la victoire en 2018.

Je ne saurai achever mon propos sans prier le Dieu qui a veillé sur vous jusqu’à cette place des fêtes de Dschang de veiller à nouveau sur vous dans vos chemins de retour vers vos domiciles respectifs.

 

Vive le MRC

Vive le Cameroun

Je vous remercie




Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet