Dschang: Le maire de Dschang invite la population à envahir la Place de l’Indépendance le 20 octobre

Par Augustin Roger Momokana 12/10/2016

La Place de l'indépendance à Dschang.jpg

La Place de l'indépendance à Dschang.jpg


Je viens d’apprendre que la Place de l’indépendance à Dschang (tribune au Rond point de la Gendarmerie)  sera « vendue aux enchères » jeudi 20 octobre à un ancien député. Elle lui a été vendue par un préfet.  Et depuis le "propriétaire" est au tribunal parce que la Commune s'oppose à cette transaction.

Au sujet du litige opposant la commune de Dschang à l'honorable Nguépi, sur la "place de l'Indépendance", SM Donfack Beaudelaire, maire de Dschang, invite toutes les populations de sa commune, à se rendre massivement sur cette place, le 20 octobre 2016. 

Je viens d’apprendre que la Place de l’indépendance à Dschang, je te rappelle que pour célébrer l’indépendance du Cameroun (1er janvier 1960) toute la région bamiléké s’est donnée rendez-vous à Dschang et plus précisément à cette place spécialement aménagée,  sera "définitivement vendue" jeudi 20 octobre 2016 à un fils du village qui la convoite depuis plus d’une décennie.

Au regard des enjeux, monsieur le maire invite les populations à prendre part à cette audience, si possible avec des éléments de preuves à même de consolider la position de la commune. Car, si la "place" est déclarée comme appartenant au domaine public de l'Etat, la commune remporte le procès. Si par contre la "place" tombe dans le domaine privé de l'Etat, la commune perd tout.

Ce qui va se passer ce jour-là,  suite à la demande de l’honorable Nguepi, c’est que le tribunal administratif de Bafoussam effectuera un transport judiciaire  à la Place de l’indépendance de Dschang. Ne me demande pas ce que veut dire transport judiciaire car, je te dis seulement ce que j’ai lu dans le net et entendu de plusieurs bouches.

Au sujet du litige opposant la commune de Dschang à l'honorable Nguépi, sur la "place de l'Indépendance", SM Donfack Beaudelaire, maire de Dschang, invite toutes les populations de sa commune, à se rendre massivement sur cette place, le 20 octobre 2016. 

Là où cette affaire devient sérieuse, c’est quand le maire de Dschang, Sa Majesté Fodenkop Donfack Beaudelaire lance à appel à tous les filles et fils, à tous les habitants et les amis de Dschang, de l’intérieur comme de l’extérieur, à venir massivement ce vendredi à la Place de l’indépendance. Pour   dénoncer la manigance de l’honorable Nguepi qui voudrait investir sur ce site qui non seulement fait partie du patrimoine de la Menoua, mais aussi de celui de toute la région de l’Ouest et dans une large mesure du Cameroun. 

Au regard des enjeux, monsieur le maire invite les populations à prendre part à cette audience, si possible avec des éléments de preuves à même de consolider la position de la commune. Car, si la "place" est déclarée comme appartenant au domaine public de l'Etat, la commune remporte le procès. Si par contre la "place" tombe dans le domaine privé de l'Etat, la commune perd tout.

De nombreuses personnes ne se sont jamais posées la question de savoir pourquoi la route n’a pas cassé la tribune. Eh bien je dois dire  que jusqu’à une date récente, la Place de l’indépendance servait de place des fêtes de Dschang.  A un moment donné la mairie, compte tenu du blocage du flux des transports dans la ville pendant les cérémonies officielles, avait décidé de déplacer la place de fêtes. C’est alors qu’elle a été déplacée pour le site actuel.

Au sujet du litige opposant la commune de Dschang à l'honorable Nguépi, sur la "place de l'Indépendance", SM Donfack Beaudelaire, maire de Dschang, invite toutes les populations de sa commune, à se rendre massivement sur cette place, le 20 octobre 2016. 

Comme l’homme aime les bonnes choses, des fils de la Menoua sont allés voir un préfet pour lui proposer d’acheter la Place de l’indépendance.  Le préfet-là a dit « pour moi quoi ! Donnez-moi le pognon » Il a pris l’argent et depuis quelqu’un dit partout que la place de l’indépendance c’est son terrain.  On se déchire et il est imperturbable où il se trouve. La loi ne le cherche  pas pourquoi ? Il s’agit d’une faute grave commis dans l’exercice de ses fonctions et il devrait répondre de cela.

Il y a quelques années, le maire Momo Bernard est sorti avec des centaines de mototaximans pour aller bloquer un engin qui y venait pour le terrassement. Par la suite il a fait construire les panthères que vous admirez-là.

L’affaire qui était pendante devant les tribunaux  n’est pas finie. Mais l’Etat par la voix du ministre des domaines, du cadastre et des affaires foncières avait tranché ; demandant à la commune de Dschang de trouver une  parcelle à l’honorable Nguepi, à titre compensatoire. L’honorable "a le sang à l’œil". Il dit que c’est la place là qu’il veut. On se demande s’il a oublié ce que son ami EPA  garde comme souvenir du stade municipal. 

Au regard des enjeux, monsieur le maire invite les populations à prendre part à cette audience, si possible avec des éléments de preuves à même de consolider la position de la commune. Car, si la "place" est déclarée comme appartenant au domaine public de l'Etat, la commune remporte le procès. Si par contre la "place" tombe dans le domaine privé de l'Etat, la commune perd tout.

Dans tous les cas, le maire de Dschang attend sa population  munie d'un arbre de paix ou d’un mouchoir blanc ce vendredi à la Place de  l’indépendance.  

Augustin Roger MOMOKANA




Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet