Société : Il usait du tramol pour endormir ses amis avant de les livrer aux clients qui les...

Par Sinotables 18/02/2017

L'homosexualité.jpg

L'homosexualité.jpg


S’il n’avait pas voulu défier l’autorité de la policière, peut-être ses soutiens de Yaoundé auraient tout fait pour le sortir du pétrin. S’il n’avait pas osé se comporter en intouchable, peut-être que le badboy ne serait pas dans de sales draps.

Un réseau d’homosexuels a été récemment démantelé au cœur de la ville de Dschang. Nous vous promettions de revenir sur cette scabreuse affaire en jugement au tribunal. Un élève de terminal dans un lycée de Dschang s’était converti en maquereau pour des demandeurs résidants ou visiteurs. Ce métier lui valait  de mener un train de vie princier.

 

Lire aussi Dschang : Un réseau de recruteurs d’homosexuels démantelé dans un lycée

 

Sa stratégie était simple. Inviter ses intimes à inviter leurs amis pour une virée nocturne dans la cité. Ainsi le groupe se retrouvait dans un hôtel où le client homo a dressé sa braguette pour casser le derrière de son semblable.  

Alors que les jeunes étaient plongés dans les alcools, le badboy trouvait un moyen pour introduire dans la boisson de la proie ciblée, à l’insu des autres membres du groupe ( ?), du tramol ou le tramadol. C’est ainsi que les victimes étaient conduit au couloir et transporté dans la chambre où ils subissaient la « magie ».

Les garçons ne sont pas les seules victimes de cette chasse d’un autre genre. Plusieurs filles auraient été abusées par d’autres femmes. Elles ne se seraient manifestées qu’après l’interpellation du Baboy.

Le tramol ou le tramadol est un médicament  qui a pour principe actif la diminution de la  douleur en bloquant les influx nerveux.  Il provoque des effets secondaires très sérieux parmi lesquels la somnolence, les vertiges ; la nausée, les difficultés respiratoires. 

Sinotables




Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet