Aux supporters historiques de l’Aigle royal de la Menoua

Par Sinotables 04/04/2017

M. Benjamin Zébazé Directeur de publication de Ouest-Littoral.jpg

M. Benjamin Zébazé Directeur de publication de Ouest-Littoral.jpg


Mon jeune frère Abedi Steve m’a donné une idée qui permettra à tous les supporters de cette équipe mythique de se rappeler certains noms. Je suis l’aigle de Dschang depuis 1969 ; je vais donc concocter, selon moi, l’équipe type à partir de cette date ayant peu vu jouer Kopa, Zoning dit Pelé…. Bien entendu, tout cela est subjectif et j’attends vos réactions: dans ce pays où tout n’est que tristesse, pas mal de s’évader de temps en temps.

 

1- Gardien de but : Kouam dit Sepp Maïr. Arrivé à Dschang comme un très mauvais gardien de but, il est reparti avec un talent incontesté et incontestable. Très volontaire, fort sur sa ligne avec des sorties kamikazes. Remplaçant : Mon ami Ebongué, pourtant le plus talentueux de tous mais comme moi, très paresseux en ce qui concerne le travail physique. Il a participé à la première coupe du monde junior du Cameroun.

 

2- Latéral droit : Djibril Mati. Avec ces plus de 2m, cet originaire du grand nord a été plusieurs fois Lions indomptable aussi bien dans l’aigle de Dschang que dans Etoile filante de Garoua. Très rapide et agile, j’ai hésité entre lui et le défunt Amalanga que Kopa appelait « Mayanga ». Djibrill était plus complet.

 

3- Latéral gauche : Mondoleba sans concurrent. Elégant, technique. Fort sur les balles arrêtées ; touches longues. Habile des deux pieds, « Valdomiro » aussi a connu l’équipe nationale avant de terminer sa carrière dans l’Union de Douala au poste de…latéral droit. Après lui, je vois mon défunt ami et cousin Nguena qui a fait une très, sinon la plus longue carrière à ce poste dans l’équipe. A été aussi été titulaire dans l’équipe nationale junior.

 

4- Stoppeur : Alognomo François. Beaucoup l’on connut comme milieu de terrain ; moi surtout comme défenseur central. Lorsque le mythique stoppeur de l’Aigle « Gaston » doit prendre sa retraite, Kopa ne sait pas comment le remplacer. C’est son capitaine de l’époque Kouendja qui lui suggère de prendre le stoppeur de l’Union d’Abong Mbang Okoro dit « Boka ». Mais c’est Alongnomo qui prendra le poste à cause de son jeu de tête, son sens du placement, sa dureté sur l’homme. Après lui, je vois mon coéquipier des années 87 Wekin, qui aurait pu être le meilleur défenseur de tous les temps de l’aigle s’il était un peu plus discipliné dans le jeu.

 

5- Libéro : Bakindé. Lorsque mon oncle Kopa m’emmène régulièrement aux entrainements de l’aigle (en seconde division) dans les années 1970, personne ne sait ce qu’on appelle libéro. Il y a l’arrière fixe et le « balayeur » qu’on appellerait aujourd’hui défenseurs centraux. A l’époque Bakindé, qui est élève au Saint Laurent de Bafou, est latéral droit de l’équipe et Gaston arrière fixe. L’aigle monte en première division. Au premier entrainement de la reprise, je suis, comme toujours, dans les pattes de Kopa : il prépare l’équipe et dit : Gaston, tu seras désormais balayeur et toi Bakindé arrière fixe. Têtu comme j’étais à l’époque, je lui dis en pleine séance: « comment un petit comme lui peut être arrière fixe ?». Il répond furieux : « tais-toi ; qu’est-ce que tu connais ? Sors du terrain ». A la fin des entrainements, il me prend affectueusement à part et me dit : « benjou, comme il m’appelait, en première division, ce n’est plus la force, mais l’intelligence et la réflexion. Il faut savoir où et comment se placer ». Sans commentaire. Bakinde sera aussi sélectionné en équipe nationale et ira en tournée avec les lions en Chine, à notre grand plaisir. Son remplaçant le capitaine Kouendja est d’un autre calibre ; aussi petit que Bakindé était grand ; aussi travailleur que Bakindé était flegmatique. Mais à ma connaissance, c’est le joueur qui a été le plus influent de l’équipe auprès de ses coéquipiers et des dirigeants.

 

8- Milieu droit : Assonkeng Benoit. Pour comprendre les choses, il faut savoir que dans les années 70, le terrain de l’aigle était à 90% impraticable à cause des pluies les jours de match. Le jeu consistait alors à lever le ballon et tirer le plus lois possible. A la fin de match, les joueurs sortaient plein de boue. Seul un joueur sortait aussi propre qu’il n’était entré : Assonkeng Benoit. Il compensait l’effort de ses coéquipiers par son sens de placement. Là où les autres dégageaient le ballon à l’emporte-pièce, il s’évertuait à maitriser le ballon et le donner à de bonnes conditions à ses coéquipiers. C’est pour cela que nous l’avions surnommé : « maître ». En seconde place, le « petit » Tombel pour son sens inné du drible, du spectacle.

 

6- Milieu gauche : « Petit » Mbock. Personne dans les années 70 à Dschang et plus tard à Douala dans la Dynamo ne peut dire que ce petit bout d’homme n’était pas un manieur exceptionnel de ballon. En, plus quelle couverture du terrain ? Au Ces de Dschang, ancêtre du Lycée, il tenait à lui seul toute l’équipe. Comme remplaçant à ce poste, je vois bien Charles Panka et son pied gauche. Pas parce qu’il est mon cousin, quasiment mon petit frère, mais parce que j’ai rarement vue un pied gauche aussi précis et surtout le fait que toute touche était égal à un coup franc avec lui. Lui aussi a été sélectionné chez les jeunes lions.

 

10- Numero 10 : Yetna, Yetna et Yetna. En trois années, il a apporté au club la touche technique et le rythme qui lui manquaient. Pourtant frêle physiquement, il avait une frappe redoutable qui plus tard a fait le bonheur de la Dynamo. Son remplaçant est Wamba dit « Petit Michel » qui pour moi était un très grand milieu de terrain même si à la fin, on l’a obligé à jouer avant-centre à cause de son adresse devant les buts.

 

7- Ailier droit : je n’ai pas vu beaucoup de grands joueurs à ce poste. Je retiens néanmoins Ngatchou dit « Indien », à cause de son calme et sa maitrise dans le jeu. Ensuite, le « petit » Kuimba à cause de son explosivité ; sa capacité de débordement.

 

9- Avant-centre : Tabi qui en trois ans, a formé un duo d’attaque redoutable avec Yetna. Courant de gauche à droite pendant toute la rencontre ; très adroit devant les buts, il me semble être le numéro un au poste, même si c’est Enyegué, très fort de la tête, qui a été une fois meilleur buteur du championnat de première division.

 

11- Ailier gauche : keutcha certainement le joueur le plus doué, le plus technique que j’ai vu évoluer dans l’aigle. Le voir aux entrainements était tout un spectacle. Notre capitaine a arrêté le foot ball suite à une blessure en 1987 mal soignée. Pour rendre hommage à son immense talent, je ne lui vois aucun remplaçant.

(C) Benjamin Zébazé




Par Sinotables 04/04/2017
Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet