Interview : « Nous n’avons pas à avoir les noms des colons sur nos rues» : André Blaise ESSAMA

Par Sinotables 11/04/2017

Le nationaliste André Balise ESSAMA.jpg

Le nationaliste André Balise ESSAMA.jpg


André Blaise ESSAMA. Voilà un activiste et un nationaliste qui fait parler de lui au Cameroun. Son problème : décoloniser les rues et les édifices publics. Notre reporter s’est entretenu avec lui jeudi dernier, en marge de la cérémonie de passation de commandement entre les préfets entrant et sortant du Département du Wouri. Il parle de ses combats et de sa vision de l’avenir  de l’Afrique.

Il se dit partout  qu’ESSAMA s’est finalement rangé derrière le pouvoir !

ESSAMA est dans la lecture de la jeunesse qui se rend compte, par exemple, qu’on a à la communauté urbaine de Douala alloué une ligne budgétaire n° 209 dédiée à l’aménagement  de l’esplanade devant recevoir le monument UM NYOBE à l’Avenue UM NYOBE. Et, je crois que pour un nationaliste patriote c’est l’occasion de féliciter le nouveau  chef de terre et surtout de savoir quels sont les conseils qu’il peut, peut-être nous donner pour, par exemple, nous débarrasser de ces monuments  de colons. Je crois qu’il est un homme de dialogue. Savez-vous qu’à chaque peuple ses héros, à chaque nation sa fierté ? Le Cameroun n’a pas  à faire la fierté de la France, par exemple. Nous n’avons pas à avoir les noms des colons sur nos rues. On doit avoir les noms de nos nationalistes. Pour quoi est-ce que le Général SEMENGUE n’a pas été choisi pour avoir le Lycée au Général LECLERC ? Il est le premier Général Cameroun. Je voudrais au moins qu’on mette son nom  au lieu de mettre celui de Leclerc qui était un général français qui, en plus, était un xénophobe ; il faut désormais que l’Afrique ne donne plus des honneurs à ceux qui nous mettent mal à l’aise. On voit très bien ce qui se passe du côté de la République Centrafricaine où les Centrafricains ont été divisés par l’armée française.  Et je crois qu’il est encore temps pour nous de véritablement valoriser nos propres héros et martyrs. Le président de la République a sorti une loi qui est brodée derrière mon dos ; et dans cette loi qui date de 1991 le Chef de l’Etat a établi qu’il y avait lieu d’honorer nos propres héros notamment Ruben UM NYOBE, Ernest OUANDIE, Félix Roland MOUMIE. Il est impossible que le Chef de l’Etat vienne à Douala pour le faire. Il est temps pour les exécutants, notamment les préfets, les gouverneurs, les exécutifs municipaux  de faire le travail que le chef de l’Etat est entrain de demander.

Votre premier forcing –le monument John NGU FONCHA- a été renversé et détruit par la police. Pour quoi n’allez-vous pas vers les autorités municipales au lieu de vous ériger en « justicier » ?

Je pense qu’il est temps pour moi de dire que le monument John NGU FONCHA, pour ceux qui pensent qu’il n’a pas de place-Il est le premier Vice-Président du Cameroun- et  c’est une honte de ne pas enseigner l’histoire du Cameroun  à tous ceux qui sont aux ordres. Il s’agit bien de la police, par exemple. Ce monsieur qui a détruit ce monument devait être sévèrement puni, lui qui ne connaît pas qui est John NGU FONCHA.  On doit enseigner la morale, on doit enseigner le civisme et surtout l’histoire du Cameroun aux Camerounais. Raison pour laquelle un maladroit-je dois l’appeler ainsi- est venu détruire le monument de John NGU FONCHA.  Bien  c’est notre pays. Et on peut laver le linge sale en famille. Maintenant il faut dire que je fais jurisprudence.  Le monument de Samuel ETO’O à Nkongmondo n’a pas été déposé  avec l’autorité. C’est pour dire  que  quand on fait jurisprudence dans une ville on ne devrait  pas venir le casser le monument d’une autre personne. Ça c’est du vandalisme de la police.

Si la Communauté urbaine a effectivement pris une délibération pour construire un monument UM NYOBE, cela signifie que les autorités commencent à vous écouter non ?

Aujourd’hui nous gagnons plus en respect. Les étrangers qui viendront visiter Douala-il est temps que Douala attire  énormément d’investisseurs, énormément de visiteurs. Moi, je souhaite qu’à travers les monuments que nous allons poser, que Douala soit la ville la plus touristique ; et que même Kribi ne voie pas le carreau.

Vous parlez maintenant du monument UM NYOBE. Et après ?

Après celui de UL NYOBE nous avons déjà réalisé le monument de NDE TUMAZA, celui de NJOYA, celui d’Emmanuel ENDELEY. Il est questions de réaliser les monuments de toutes les personnalités qui aujourd’hui nous rappellent. Je crois que pour ce qui est d’ESSAMA, la plus belle des choses c’est de faire un aéroport, ou un établissement scolaire qui portera le nom de ce héros. Parce qu’on en a marre d’avoir des hôpitaux Laquintinie. Il faut débaptiser cet hôpital pour lui donner, par exemple, le nom Hôpital Félix Roland MOUMIE. Parce que les édifices publics rappellent aux jeunes comment ils doivent travailler pour mériter les honneurs.  Pour quoi on ne peut pas donner à une université le nom Paul BIYA ? Vous croyez que moi je serai content tant que je verrai  les édifices publics porter les noms des colons ?

Vous passez un message à toutes ces personnes qui vous soutiennent dans votre combat ?

Le message, je reprends encore une petite phrase : à chaque nation ses héros, à chaque peuple sa fierté. Le peuple d’Afrique doit reconquérir les honneurs qui lui ont été arrachés. Et je crois que rien ne s’obtient facilement. Pour obtenir la dignité, les peuples africains-surtout les intellectuels-doivent accepter de se sacrifier. Et lorsque je parle d’intellectuels, peut-être que c’est par abus. Ceux qui aiment la nation doivent se sacrifier. C’est pour cela que j’encourage les jeunes à ne pas avoir peur d’affronter les idées de ceux qui sont là et que j’appelle « les colons ». Parce qu’on a toujours les colons ici parmi nous. Le gouverneur, le préfet veulent me serrer la main. Il y a un monsieur  zélé du protocole qui dit « Monsieur ESSAMA ! Vous n’êtes pas digne de serrer la main du préfet ».  Et c’est le gouverneur qui leur intime « laisser ESSAMA venir me saluer ». Nous disons qu’il faut changer la mentalité de ceux qui pensent qu’il y a un complexe du Noir sur le Noir.  Donc il faut vraiment atteindre un niveau de sensibilisation, d’affirmation du Noir, de la fierté du Noir, qui va dépasser  être consommateur de ce qui vient de l’étranger. Bientôt les Chinois vont nous faire ça dur hein.

De quoi ESSAMA tire-t-il sa témérité et son audace ?

Déjà il faut lire beaucoup. Il faut lire l’histoire. Il faut aimer les textes de SANKARA. Il faut aimer aller sur internet taper www.peuplesawa.com.  Il s’agit des livres qui vous rappellent  les combats qu’UM NYOBE menait.  Vous y trouverez les influences de la diplomatie.  Il était très fort. C’est mon professeur. Je suis descendu aussi  à Boumyebel où j’ai rencontré les veuves des héros nationaux  UM NYOBE. Je suis allé à Bonabéri avant que  Marthe OUANDIE la veuve de Ernest OUANDIE ne décède. Je suis très content de dire qu’il ne faut pas pratiquer le nationalisme de bouche. Il faut descendre sur le terrain.  Il faut aller à la rencontre des veuves, causer avec elles. Demandez qu’on vous raconte l’histoire de ces  hommes qui ont fait l’histoire.  C’est important pour les jeunes générations.  Il y a  encore des survivants des ceux-là qui ont fait l’histoire du Cameroun.  Je peux vous dire que j’ai partagé un cadeau avec la veuve de UM NYOBE.  Il a parlé de UM NYOBE. Il a parlé de MOUMIE.

Le fait aussi d’avoir été régulièrement derrière les barreaux et dans les geôles a contribué à votre forte personnalité ?

Au contraire. Je crois que le fait d’être incompris – ESSAMA  a été toujours incompris ; même lorsque je faisais mes  secondaires au lycée technique et  plus tard  lorsque je faisais mes études supérieures. Vous pouvez aller demander à mes amis.  C’est quelque chose que j’ai toujours su surpasser. Je me suis toujours mis au-dessus de la mêlé.  

Qui est ESSAMA ?

ESSAMA est un enfant du Cameroun qui aime bien son pays. On  le retrouve sur google, en tapant Essama André Blaise. Il apportera certainement de bonnes choses, si Dieu lui donne l’occasion de vivre encore longtemps.

Propos recueillis par Augustin Roger MOMOKANA

 




Par Sinotables 11/04/2017
Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet


This forum needed <a href="http://vmgewbrau.com">shkaing</a> up and you've just done that. Great post! le 19/05/2017
This forum needed <a href="http://vmgewbrau.com">shkaing</a> up and you've just done that. Great post!
BION I'm <a href="http://tcwmzi.com">imsersped!</a> Cool post! le 19/05/2017
BION I'm <a href="http://tcwmzi.com">imsersped!</a> Cool post!
<a href="http://almqgt.com">Unleparlaled</a> accuracy, unequivocal clarity, and undeniable importance! le 17/05/2017
<a href="http://almqgt.com">Unleparlaled</a> accuracy, unequivocal clarity, and undeniable importance!
You've got to be kidding me-it's so <a href="http://fxubqfjylnq.com">trranpasently</a> clear now! le 17/05/2017
You've got to be kidding me-it's so <a href="http://fxubqfjylnq.com">trranpasently</a> clear now!
Ah, les fromages et les vins de Loire... J'ai vécu à Tours plusieurs années, ils sont pour moi synonymes de bonnes soirées, et surtout de bons petits gueuletons! Quel bonheur, les repas avec de vrais amss...Ainii donc, tu fais aussi des douceurs sucrà le 16/05/2017
Ah, les fromages et les vins de Loire... J'ai vécu à Tours plusieurs années, ils sont pour moi synonymes de bonnes soirées, et surtout de bons petits gueuletons! Quel bonheur, les repas avec de vrais amss...Ainii donc, tu fais aussi des douceurs sucrées? ;-)Ta tarte a l'air délicieuse, les calissons c'est trop bon...
Dear Graham and Ayan, I have the same problem! It is really annoying and I can't wait to find a solution for blocking this. It is exactly like Ayan deberiscd it.Maybe anyone passes by who can help. le 16/05/2017
Dear Graham and Ayan, I have the same problem! It is really annoying and I can't wait to find a solution for blocking this. It is exactly like Ayan deberiscd it.Maybe anyone passes by who can help.