Dschang : Des Témoins de Jéhovah dictent leur loi à un enterrement à Fokamezo

Par Sinotables 17/04/2017

Enterrement à Fokamezo-Bafou.jpg

Enterrement à Fokamezo-Bafou.jpg


DH la défunte et deux de leurs sept enfants « avait abandonné » son mari et père NG pour se joindre  à la congrégation des Témoins de Jéhovah.

Originaire de Fokamezo, groupement Bafou, dans la commune de Nkong-Zem, le couple vivait à Nkongsamba. La femme et cinq de leurs sept enfants avaient rejoint les Témoins de Jéhovah.

Interné à l’Hôpital général de Douala, la dame est finalement décédée le 02 avril des suites de longue maladie. La levée de  corps a eu lieu samedi 15 avril  à la morgue de l’Hôpital régional de Nkongsamba. Puis le cortège a mis le cap sur Melang, à Fokamezo par Dschang.

« Lorsque le cortège est arrivé dans le village, les véhicules ont été stationnés et leurs occupants sont descendus dans la cour pour les lamentations.  On se demandait où est le corps.  Quand ils sont allés le chercher pour vouloir aller directement l’enterrer, sans laisser la possibilité aux parents  de la défunte à voir à quoi ressemble leur enfant morte. C’est alors que les Témoins de Jéhovah opposent une fin de non-recevoir à la requête des parents, et même du mari. »

La tension était vive entre les gens de l’église de la défunte et les villageois. On a appelé le chef du village pour lui présenter la situation. IL n’était pas au village. Néanmoins il a dépêché deux notables sur le terrain.

« Les notables envoyés par le chef du village pour trancher  ont évité de justesse d’être lynchés. Personne ne peut vous dire à quel moment ils ont disparu de la scène. Ils étaient vieux et ne pouvaient pas supporter les tiraillements du cercueil. »

A un moment le cercueil s’est retrouvé au sol, entourés par les deux parties.  Ils se chamaillaient dessus, comme des perroquets.  La situation a duré jusqu’à ce que la pluie commence à tomber.

« Lorsque le pluie a commencé à tomber, les témoins se sont saisis du cercueil et sont allés le jeter dans la tombe. Malgré l’opposition, ils ont fini par enterrer leur mort sans qu’il ne soit vu par qui que ce soit. Cela ne s’est pas passé sans que des gens aient été copieusement fouettés. Les témoins ont annoncé qu’ils assureront la garde de la tombe pendant trois jours, avant de s’en aller ».

Selon notre source, les témoins de Jéhovah ont justifié leur comportement par le fait que les parents pouvaient exiger l’autopsie du corps de leur sœur. Ils ont soutenu leur point de vue et ont imposé leur pratique au village. Mais les victimes dans cette partie sont le parent et le jeune homme qui ont reçu chacun un fouet de bambou.

Augustin Roger MOMOKANA




Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet