Communautés : Lelem Fona 2016, comme si vous y étiez !

Par Augustin Roger Momokana 19/09/2016

La danse Kou’gang est un étalage pure et simple de la puissance, de la fortune et de la magie..jpg

La danse Kou’gang est un étalage pure et simple de la puissance, de la fortune et de la magie..jpg


Parades, discours, Fona Infos, musique et humour, bourses scolaires et prix, personnalités, inauguration, réactions… tout ce que vous devriez voir samedi 6 août à Fonakeukeu qui clôturait son congrès biennal baptisé, « Lelem Fona 2016 ».

Lancé le 28 juillet dernier par une grande marche sportive partie de la Place des fêtes de Dschang pour le palais de la chefferie de 3ème dégré de Fonakeukeu, le congrès biennal baptisé « Lelem Fona » dont c’était la 2e édition 2016 a été clôturé samedi 6 août, par une manifestation riche en sons et couleurs et le tout sous le présidence du Sous-préfet de Dschang, Ekoumè Jules Eric.

C’est quoi le « Lelem Fona »

Les peuples les mieux organisés ont leur instance de retrouvailles, de communion et de réflexion sur des questions, les enjeux et les défis pour le développement de leur communauté. Cela s’appelle pour les familles la réunion annuelle, pour les quartiers l’assemblée générale, pour les communautés le congrès. Il s’agit d’un moment d’évaluation,  de réflexion, de remobilisation et de célébration de fraternité. A Fonakeukeu, l’événement se tient tous les deux ans et a  récemment été rebaptisé «Lelem Fona ». Le lelem est un grand tambour royal que l’on trouve généralement à l’entrée du palais. Il sert d’outil de mobilisation. C’est un téléphone dont le chef s’en sert pour convoquer son peuple. Il est différent du tam-tam par sa taille et la puissante de son écho. De nos jours, Il peut mobiliser sur plusieurs kilomètres, malgré la pollution sonore.

Les activités qui ont marqué cette édition : Consultez le programme du « Lelem Fona 2016 »

La Marche sportive

La marche sportive a été retenue par le comité d’organisation conduit par Valéry Tatsadong pour donner le ton. Plus de 300 filles et fils de Fonakeukeu, de l’intérieur et de l’extérieur, se sont retrouvés à la Place des fêtes de Dschang d’où, sous l’encadrement de plusieurs moniteurs de sport pour tous, ils ont entrepris la grande marche qui les a conduit jusqu’au palais de leur village. Parmi les participants S.M. Zeufack II Joseph, Ses pairs de Nteuh, Makon et Litagli.

Les parades et autres danses de prestiges

Parmi les nombreuses parades offertes aux milliers des personnes présentes à l’esplanade du palais Fonakeukeu nous retenons trois : Medzon, ngou’ fô, Aka et Kou’gang.   Selon Pico Assongni, socio anthroplogue, ces danses ont cette particularité d’intéresser le chef. Le medzon est une danse guerrière qui jadis a permis de conquérir des territoires pour étendre son  influence. Les soldats-leur habillement rappelle l’âpreté des combats- rapportaient au chef le butin de guerre. Une fois ce butin reçu, le chef s’apprêtait pour parcourir sa chefferie enfin de rendre sa gratitude aux soldats revenus de guerre. Le roi se faisait accompagner par ses notables et notabilités sous leurs tenue traditionnelle d’apparat. Ils paradaient donc à travers les quatre grands coins du royaume, sous des sonorités de tam-tam et de gong royaux : D’où Ngou’fô.

Une fois le territoire agrandi, des notabilités pouvaient se montrer, pavaner et exhiber leurs richesses. Signe que le royaume a des hommes d’influences, à l’instar des industriels et des grandes fortunes que chaque département exhibe de nos jours pour vanter sa suffisance. Ces personnalités sont regroupées au sein d’une danse baptisée Aka. Ce sont des personnes influentes financièrement, matériellement et dotées de totems. La cagoule  de chaque membre de cette confrérie est supposée indiquer son animal. Leur parade a ceci de mystérieux qu’on danse avec élégance, douceur, en sens opposé, s’appuyant sur de haute canne en  bambou de raphia. Les visages son encagoulés et les décorations vestimentaires variant d’un membre à l’autre.

Kou’gang quant à lui est un étalage pure et simple de la puissance, de la magie. Ils sont dans des sortes de tenues qui feraient peur y compris au plus téméraires de la race humaine. Ce sont des sorciers, des marabouts, des guérisseurs ; bref des hommes à qui le roi ou le chef de retourne lorsqu’il faille faire usage de certain pouvoir soit pour anéantir une force négative, soit pour protéger  le royaume contre des forces maléfiques, soit pour préserver le royaume contre les radiations négatives de la nature. Ces membres issus de la caste des  sept et de celle des neuf notables ont le  pouvoir dompter les hommes et les forces de la nature. Ils peuvent déclencher une pluie torrentielle en pleine saison sèche, ils peuvent planter un bananier et le faire pousser, grandir, fleurir et murir un régime qu’ils vont manger en quittant la scène. S’il faut envoyer la foudre, c’est à eux qu’on s’adresse.  Ils sont capables de se muer en vent ou tornade, ou pluie, ou tonnerre, ou inondation pour punir un mis en cause.

Discours et allocutions

Comme le veut la tradition, plusieurs personnes ont pris la parole au cours de cette journée exceptionnelle de clôture du « Lelem Fona 2016 ». Chacun y venait en fonction de sa qualité et de l’importance du rôle joué dans l’organisation ou au sein de la communauté.

Valéry Tatsadong a pris la parole en sa qualité de président sortant de l’Association pour le développement de Fonakeukeu (ADF) et par ailleurs président du comité d’organisation du « Lelem Fona 2016 ». Dans son propos il a dressé le bilan  de son équipe et rendu hommage à tous les Fona du village, du Cameroun et de la diaspora, aux amis de Fona pour la grande mobilisation qui a permis de bâtir, en l’espace de Six mois, la Maison de la culture qui a radicalement transformé le visage du palais. Ce chef d’œuvre pour lui et son équipe est un clin d’œil à la nouvelle équipe conduite par Justin Kenfack dont les chantiers sont immenses, entre autres,  à l’instar du pont sur la rivière Melieu et les cases à construire à l’entrée du palais.

« Restons soudé derrière notre chef du village, derrière la nouvelle équipe qui arrive tout fraichement, pour qu’elle puisse faire autant que moi et pour quoi pas mieux. Quelqu’un a dit que l’argent est le nerf de la guerre. Et pour ma part je dis que la transparence est la clé du succès dans l’entreprise communautaire. Il faut être transparent dans la gestion, mais également il faut savoir flatter la population. La population s’est saignée pour le bel ouvrage que vous admirez et il ne serait pas pensable qu’elle soit traitée sans égards. Le palais nous a couté déjà 45 millions de FCFA, mais il reste inachevé. Parce que les deux entrées officielles ne sont pas encore construites comme cela a été prévu. Nous avons commencé par l’intérieur pour aller à l’extérieur et je souhaite bon vent à la nouvelle équipe. »

Sa Majesté Zeufack II Joseph. Il lui manquait les mots pour dire sa gratitude à sa population et aux amis de son village. Ce bijou architectural est un cadeau pour ses 20 ans au trône-Il a succédé à son père 1991, a pris le pouvoir en 1996-« Vous m’avez fait rêver. La maquette m’a fait peur. Je ne croyais pas qu’on y arriverait. Aujourd’hui je rêve les yeux ouverts. J’ai du mal à croire que ce magnifique palais est à la chefferie Fonakeukeu, car ce genre d’ouvrage est généralement réalisé dans les circonstances que vous savez : quand le chef est mort et lorsqu’on doit faire ses obsèques. Je remercie les Fona de m’avoir offert le plus beau cadeau de mon anniversaire ».

Jules Eric Ekoumè, Sous-préfet de Dschang. Le Sous-préfet de Dschang a procédé à l’inauguration de la Maison de la culture. Il a alors coupé le ruban symbolique et visité l’imposante architecture, à l’extérieur, à l’intérieur, au rez-de-chaussée et à l’étage. Il dira, après avoir découvert cette infrastructure : « je salue et encourage les vaillants et dynamiques populations de ce village. Je vous invite à continuer car, nous aimerions revenir ici pour inaugurer un autre projet ». Le sous-préfet était accompagné de son adjoint et du Maire de Dschang.

La Maison de la culture

La Maison de la culture est une transformation radicale de la maison communautaire. L’emprise des travaux au sol s’étend sur une superficie  de 900 m², et la partie étage est portée  par une dalle de 160m². En annexe un bloc de toilette en étage est greffé à la salle des banquets. La distribution de l’immeuble se présente comme suit :

•             Une terrasse (tribune) à 9 toits coniques dont 5 à l’étage et 4 aux côtés

•             Une grande salle des banquets avec balcon, cabine pour DJ, magasin et toilettes

•             Un musée / bibliothèque

•             Un bureau d’état civil

•             Une salle multimédia

•             La maison de la femme

•             Un bureau de l’Adf

•             Un bureau des jeunes

Cette bâtisse a mobilisée plus de 40 millions de francs CFA collectés au village, auprès des différentes communautés Fonakeukeu au Cameroun et de la diaspora, et auprès des amis du village.  Au cours d la cérémonie de samedi dernier, un hommage spécial a été rendu à Louis Naze Wague, un digne fils Fonakeukeu qui a  réalisé, à titre de contribution volontaire spéciale, l’électrification générale de l’ouvrage pour un montant de 4 millions de FCFA.

L’Aigle Royal de la Menoua s’invita à la fête

Ils n’étaient pas attendus, pourtant ils ont fait une irruption spectaculaire à la place des cérémonies. Suscitant des applaudissements chez les uns et un grain d’amertume chez les autres. Ces supporters de l’Aigle royal de la Menoua sur leur moto ont offert, en tout cas, un spectacle de deux minutes qui a ajouté sa coloration à la fête. Le président de l’oiseau de la Menoua, le trésorier et quelques membres présents dans les tribunes sont venus devant le public, comme si ce spectacle avait été créé pour leur rendre hommage. Plus tard, en soirée, l’on apprendre de ceux qui se sont rendus au stade que l’Aigle royal de la Menoua et les Astres de Douala ont fait un match nul vierge. La rencontre se jouait pour le compte de la 29ème  journée de la Ligue professionnelle de football.

Présentation du magazine FONA INFOS

 Maffo Nkonli Blandine Tsolefack a présenté, comme à l’accoutumé, Fona Infos. Elle en est le Rédacteur en chef et la Secrétaire de Direction. « Fona Infos » a pour mission principale de faire connaître notre village ; de présenter  son dynamique peuple soudé comme un seul homme derrière son chef charismatique Fô Zeufack II ; de valoriser nos chantiers de développement », dira-t-elle, avant d’annoncer la bonne nouvelle : « aujourd’hui nous avons décidé de ne pas le vendre, parce que Fona Infos n’est pas la star. La vedette du jour, c’est Maison de la culture Fonakeukeu, objet de notre fierté ». Il faut dire qu’à chacune de ses éditions un exemplaire considéré comme le spécimen est vendu aux enchères. Ainsi le tout premier numéro (en 2010) avait été adjugé à 50 000 FCFA ; le 2ème  (en 2012) à 175 000 FCFA ; le 3ème (en 2014) à 375000 FCFA. Pour cette 4ème édition, si on le vend, imaginez vous-même… ». Le numéro a donné la parole à trois invités spéciaux : Alphonse Nafack, ADG Afriland First Bank, Fossokeng Solefack II chef de 3e degré de Batsenglah, à Bafou, et Samuel Dongmo, président du conseil d’administration de l’Aigle royal de la Menoua.

Un grand concert de musique

Quatre artistes musiciens, un humoriste ont ouvert le robinet de leurs chefs d’œuvre lors de cette édition. Star comme Duc-Z, Vedette comme Cherubin Njou-Messi, les vedettes en herbe Paulin Le Fona-il se présente dès son premier album comme l’un des plus grands ténors du Club danse, Grand M Le Mboudjanais un autre jeune venu aux dents longues. Ces artistes ont maquillé le traditionnel, magnifier les Fona, leur fô, les amis de leur villages, et surtout exalter les vertus du développement. L’humoriste Calvino, digne fils des Bamboutos étaient  de la partie et il a fait fondre les côtes et les mâchoires.  Ce gala des artistes a été inauguré par l’élève Dongmo Feulefack Brenda (15ans, classe de Première) qui, a reproduit  la vue de la Maison de la culture qu’elle a offerte à Sa Majesté Zeufack II. En plus, elle a installé son chevalet au centre de la place pour réaliser une autre toile. Les artistes, à la différence des danseurs qui sont passés tels des parias, ont été arrosés de billets de banque. Le moins mouillé aurait empoché pas moins de 50 milles FCFA.

Quête volontaire pour le développement.

Calvino a reçu la lourde mission, en sa qualité d’humoriste, de mobiliser les lélemistes pour le développement du village. Comme un pasteur il a invoqué le Seigneur afin que chacun mette à la main dans la poche. Au bout du compte, il a pu faire collecter le rondelette somme de 2 115 500 FCFA, à laquelle il faudrait ajouter deux promesses pour 10 sacs de ciment. Les donateurs se sont fait enregistrer par la table. Cette somme est perçue par le bureau entrant de l’ADF comme la première pierre en vue de la construction du pont de Melieu. Ce pont qui va permettre de relier Fonakeukeu à Fotomena (arrondissement de Fokoué) en passant par Nguili.

 Bourses scolaires et prix

Les Fona accordent une place particulière à l’éducation de leurs enfants. Le village abrite deux écoles primaires publiques et un lycée d’enseignement général. Les cinq meilleurs de chaque classe ont été récompensés. Chacun a reçu des fournitures scolaires, et les plus chanceux ont reçu des bourses scolaires pour le compte de l’année scolaire 2016-2017.

Quelques statistiques ont été sommairement présentées. En l’occurrence celles du lycée et s’agissant des examens officielles 2015-2016. Elles se présentent comme ci-après : BEPC : 49,21%, Probatoire : 33,33%, BAC : 60%. Ce lycée est classé 3e dans la Menoua et a produit une « Mention  Bien ».

Outre les élèves, les trophées et les enveloppes ont été remis aux meilleures équipes du tournoi de football et du cross-country. Le prix du fair play, le trophée de finaliste  chez les jeunes et les vétérans, les trophées des vainqueurs dans lesdites catégories.

Des personnalités dans les tribunes officielle et traditionnelle

Du beau monde  était présent dans les tribunes lors de la cérémonie de clôture du congrès biennal de Fonakeukeu : Une vingtaines de chefs traditionnels de 3e dégré dont Fossokeng Solefack II  de Batsengla, Fô Melah à Fotetsa, Fô Litagli Kemkwé, Foghap, etc.

Par ailleurs des personnalités économiques et administratives étaient de la fête, entre autres, MM. Alphonse Nafack, administrateur directeur général d’Afriland First Bank ; Honorable Ndongo Clément, Pdg de SOCAMIT, Pr Momo Bernard, Coordonnateur du Programme national de Gouvernance, Dongmo Samuel, PCA de l’Aigle royal de la Menoua, Maha Maffo Nkwalla Béatrice Berland venue du Canada.

Augustin Roger Momokana

 

Sinotables  est un journal participatif ! Envie de contribuer? Envoyez votre témoignage à la rédaction de Sinotables via collaboration@sinotables.com, ou info@sinotables.com

 



Marche sportive partie de la Place des fêtes de Dschang pour le Palais de Fonakeukeu. Ici au niveau du rond-point du Lycée bilingue de Dschang.jpg
Une fois dans la cour du Palais Fonakeukeu, les marcheurs ont exécuté des mouvements de remise en place des muscles; sous la houlette de leurs coaches.jpg
Des maffo du village  Fonakeukeu ont pris une part active au Lelem 2016.jpg
Tout comme de nombreuses personnalités fils et filles de la Menoua sont venus de loin pour vivre cet événement unique que Fona célèbre tous les deux ans.jpg
Des parades....jpg
... Des scènes de musique moderne,  avec ici Cherubin Njou-Messi et un danseur....jpg
... Des danses patrimoniales aussi tel le Nko'dzang ici en démonstration.jpg
Sous le regard enchanté d'un public des grands jours qui n'a de cesse applaudi tout au long de ces spectables et parades..jpg
Sa Majesté ZEUFACK II Joseph pendant son discours a salué le dynamisme des Fona et rendu hommage à leurs nombreux amis présents et absents.jpg
Le président Valery TATSADONG livre ici son discours bilan des 16 années passées à la tête de l'Adf..jpg
Maffo Blandine TSOLEFACK et son équipe ont cette année encore produit un magazine FONA INFOS plus soft et dense en informations..jpg
Le sous-préfet de Dschang Jules Eric EKOUME qui a inauguré la Maison de la culture a invité les FONA a ne pas relâcher  dans leur élan pour le développement de leur communauté..jpg
Le dynamisme est aussi culturel et artistique. Une vacancière  de 13 ans venue de Yaoundé s'est faite le plaisir de reproduire la Maison de la culture sur une toile. Cela lui a valu la recconnaissance des festivaliers..jpg
La Maison de la culture a été bénie par le curée de la paroisse de Ngui..jpg
Contre toute attente, l'Aigle royal de la Menoua s'est invité à la fête, par un groupe de supporters en route pour le macth du jour..jpg
Des prix ont été remis aux meilleurs élèves du village. Ici, l'Administrateur Directeur Général d'Afriland First Bank encourage l'excellence scolaire..jpg
DUC-Z en scène à la maison, devant les parents, les frères et soeurs..jpg
M. Justin KENFACK est le nouveau président de l'Adf.  Les défis sont de taille mais il bénéficie de l'expérience acquise  aux côté de M. Valery TATSADONG..jpg
Maffo Kwallah Béatrice BERLANT est partie du Canada en compagnie des enfants, pour partager ces moments exceptionnels avec sa belle-famille et le village tout entier..jpg
Sa Majesté  ZEUFACK II (en route au centre) Joseph psent avec le bureau entrant et sortant de l'Association pour le Développement de Fonakeukeu..jpg

Par Augustin Roger Momokana 19/09/2016
Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet


It's a joy to find <a href="http://bveage.com">somonee</a> who can think like that le 19/05/2017
It's a joy to find <a href="http://bveage.com">somonee</a> who can think like that
No more s***. All posts of this <a href="http://fqcxbdl.com">quiltay</a> from now on le 17/05/2017
No more s***. All posts of this <a href="http://fqcxbdl.com">quiltay</a> from now on
Es bastante más razonable que las naiddnalciaoes se correspondan con comunidades locales cohesionadas que la arbitrariedad fronteriza histórica. Yo no le llamaría esquizofrenia, más bien, encaje de bolillos | le 16/05/2017
Es bastante más razonable que las naiddnalciaoes se correspondan con comunidades locales cohesionadas que la arbitrariedad fronteriza histórica. Yo no le llamaría esquizofrenia, más bien, encaje de bolillos |
After reading the latest O&#7812;Bama speech I now believe we will hit 20% unemployment in the U.S. sometime early next year, and DC may very well be on fire literally, we may not make it to the mid term elections. le 16/05/2017
After reading the latest O&#7812;Bama speech I now believe we will hit 20% unemployment in the U.S. sometime early next year, and DC may very well be on fire literally, we may not make it to the mid term elections.