Musée des Civilisations : Morceaux choisis des réactions à l’issue de l’assemblée générale ordinaire du 9 juin 2017

Par Sinotables 12/06/2017

Ils ont réagi au sortir de l'Assemblée générale du Musée des Civilisations le 9 juin.jpg

Ils ont réagi au sortir de l'Assemblée générale du Musée des Civilisations le 9 juin.jpg


CULTURE. Le Musée des Civilisations a tenu une session de son assemblée générale le vendredi 9 juin 2017. Elle était consacrée à la révision des statuts pour l’arrimer au  nouveau statut d’Organisation non gouvernementale que l’Etat du Cameroun vient de conférer à cette structure qui brasse toutes les civilisations du Cameroun. Nous avons retenu quelques  réactions pour la bonne gouverne de nos lecteurs. SINOTABLES.

Mafo  Jeannette Ngeoghia, Président du Conseil d’Administration du Musée des Civilisations

AVANT LE COMMENCEMENT DE CETTE ASSEMBLEE GENERALE, J’AI EU BEAUCOUP D’APPREHENSION.

Toute association nait et doit grandir. Le musée était hier une association. Aujourd’hui il est devenu une ONG (organisation non gouvernementale, ndlr).  A ce statut d’ONG sont rattachés beaucoup d’avantages, notamment l’exemption d’impôts, des dispositions au niveau de la douane, au niveau de la fiscalité et même au niveau de certaines structures dans le pays.

J’avoue qu’avant le commencement de cette assemblée générale, j’ai eu beaucoup d’appréhension. Parce qu’on était divisé en camps mais à ma grande surprise, tout s’est passé dans la sérénité totale. Le professeur Fomethe qui était le président de séance a conduit avec brio les travaux auxquels tout le monde a donné sa contribution. On est revenu sur certains aspects des statuts qui nécessitaient d’être revus.  Le plus important c’est qu’on s’est entendu sur tous les points à  l’ordre du jour. Donc ça a été une assemblée générale des plus réussie. J’en suis fière.

L’assemblée générale a donné deux semaines pour mettre à jour tous les textes revus ou amendés aujourd’hui.  Elle a demandé à la PCA d’organiser au plus tard fin juillet une autre assemblée générale qui, cette fois-là sera élective.

 

Flaubert Taboue Nouaye, ancien directeur du Musée des Civilisations, directeur du Centre des Cultures Jean-Louis Dumas de l’ONG Fondation Jean Félicien Gatcha, à Bangoulap.

ON A AVANCE SUR NOS EGOS. LES GENS ONT COMPRIS LA NECESSITE  D’UN MUSEE QUI EST UNE STRUCTURE A BUT NON LUCRATIF. 

Cette assemblée générale a été une petite révolution dans les idées. Parce que j’ai souvenir que nous sommes venus ici plusieurs fois  depuis un certain moment, question de mettre à jour les statuts qui sont les textes fondamentaux d’une structure comme celle-ci. Révolution parce que tout le monde a été, pour une fois,  je crois au niveau de l’expression comme au niveau du visage d’accord que le statut d’ONG que Maffo Ngoghia a donné à cette structure est quelque chose de bien pour la recherche de son autonomisation. Ça c’est d’un. Et de deux, les autres se sont mis à travailler dans la démarche de consolider ou de construire ce statut-là. Donc, on a abandonné le débat sur les égos. Il y avait à mon sens des petits égos qui ne datent pas d’aujourd’hui. Vous savez,  pour ce qui me concerne particulièrement c’est une œuvre que j’ai vu avancer depuis longtemps. On a avancé sur ces égos. Les gens ont compris la nécessité  d’un musée qui est une structure à but non lucratif.  L’Etat l’avait compris en donnant le statut d’Ong. C’est une manière de mettre en exergue le caractère non lucratif et le but collectif de la structure.  Voilà pourquoi je disais que c’était une révolution, à mon sens. Le travail a été bien fait et c’est tant mieux pour le musée qui doit rester comme structure faitière au niveau de la région et même du Cameroun pour accompagner la promotion du développement  de notre tourisme et fédérer autour de lui tous les acteurs, que ce soit les déposants, que ce soit les chefferies, que ce soit …parce que le gros problème c’est la fonctionnalité, c’est le fonctionnement  au quotidien de ce musée.

 

Professeur Emile TEMGOUA, 1er Adjoint au Maire de Dschang

NOUS AVONS DEJA LANCE UN APPEL EN DIRECTION DES AUTRES COMMUNES DE LA MENOUA, AFIN QU’ELLES ENTRENT AU CONSEIL D’ADMINISTRATION DU MUSEE.

Je ressors d’ici avec un sentiment de fierté. Pour plusieurs raisons. Pas seulement parce que la commune de Dschang devient tutelle mais également parce que le Musée des Civilisations est devenu une ONG. En tant que telle elle est apolitique, elle n’est pas à la recherche des revenus,  mais elle est à la recherche de la valorisation de tout le patrimoine camerounais. Ce n’est plus une affaire de Dschang. Ce ne sera pas une affaire de l’Ouest. Mais c’est pour tous les Camerounais. Si tout le monde comprend comme la  commune de Dschang l’a compris, je crois qu’on aura atteint l’objectif recherché. Les gens avaient restreint ça au Musée de Dschang. On a dit le Musée des Civilisations du Cameroun. Le patrimoine qui est et qui va être dans ce musée sera celui issue de tout le Cameroun. Le musée va continuer à prospecter, à faire du lobbying pour avoir davantage de subventions. La commune de Dschang en tant que tutelle financé ; mais on va rechercher d’autres sources de financements.  Nous avons déjà lancé un appel en direction des autres communes de la Menoua, afin qu’elles entrent au conseil d’administration du musée pour voir effectivement à quel niveau elles pourraient s’approprier une parcelle du musée. C’était restreint, mais on compte aller progressivement pour attaquer les autres communes de l’Ouest et de l’ensemble du Cameroun.

 

Professeur Anaclet FOMETHE, Vice-président du Musée des Civilisations et président  de l’assemblée générale

LES DIFFERENTS MEMBRES DE L’ASSEMBLEE GENERALE REPARTENT SATISFAITS POUR AVOIR MIS LA BALLE AU CENTRE. LE MATCH DOIT COMMENCER.

J’ai le sentiment profond que nous avons beaucoup avancé. Il était question qu’on fasse une relecture commune des statuts qui avaient été adoptés puis transmis à l’Administration territoriale  et ce qui a abouti à l’octroi du statut d’ONG.  Une fois que cela a été fait il était important qu’on se l’approprie et que s’il y a des virgules qu’on les corrige, et que s’il y a d es ajustements qu’on les fasse. L’important ayant été que l’ONG fut reconnue. L’Ong Musée des Civilisations est aujourd’hui reconnue par un texte légal et les statuts ont été revisités et toilettés. A la satisfaction de tout le monde. Dans ces statuts on a regardé certains aspects, certaines phrases qui étaient ambiguës. Par exemple la notion de « membre fondateur actif », « membre fondateur » ; par exemple au moment de la convocation de  l’assemblée générale ordinaire ou extraordinaire quand d »aventure ce n’était pas régulièrement convoqué au lieu de parler des « membres fondateurs actifs » on a dit  « les deux tiers des membres actifs ». En suite et fondamentalement on a limité le mandat du président du Conseil d’administration. De ce point de vu le débat a permis de regarder et de le limiter à deux mandats, autorisant ainsi une rotation. D’une autre côté une bonne ouverture  aux chefs supérieurs qui ont des cases patrimoniales ou des musées, toute chose qui en réalité ne peuvent faire du musée des civilisations que ce qu’il est, c’est-à-dire un patrimoine global en charge de la culture, à la disposition de tous ceux qui précisément ont pour mission de garder les fondamentaux de notre culture. Il s’agit des chefs traditionnels, mais aussi des fondateurs qui n’ont pas été évacués. Si je peux résumer, je dirais que les différents membres de l’assemblée générale repartent satisfaits pour avoir mis la balle au centre. Le match doit commencer. Ce match  c’est  la dynamisation du musée des civilisations, c’est la mise à la disposition des jeunes, des moins jeunes –que ce soit ceux de Dschang, de l’Ouest, du Cameroun et du monde entier- la culture et les civilisations de nos différents groupements, de nos ethnies, de nos aires culturelles.

 

Sa Majesté Jean Marie TANEFO, Chef supérieur Bamendjinda

JE CROIS QU’ON DEVRAIT REDEFINIR CE PARTENARIAT ENTRE LE MUSEE ET LA CASE PATRIMONIALE DE BAMENDJINDA

Les débats ont été très houleux, mais bénéfiques pour le Musée des Civilisations. La limitation et la durée du mandat ont particulièrement retenus l’attention.  S’agissant de la durée des mandats il y avait des gens qui proposaient trois ans, quatre ans, cinq ans. Personnellement je proposais cinq ans parce que ce n’est pas facile  de gérer un musée qui n’est pas une société à but lucratif. Aucun musée au monde ne peut s’auto financer. Les musées ne vivent que des subventions et dons. Et la recherche des dons et legs durent longtemps. Mon souhait aurait été que le mandat soit de cinq ans renouvelable une fois.

Disons que le musée se porte bien malgré quelques manquements. La perfection n’étant pas de ce monde, tout reste à parfaire. Même s’il y avait de petits problèmes, le conseil d’administration est à la hauteur de les résoudre. De toutes les façons le musée est placé sous la tutelle de la Commune de Dschang et c’est cette commune qui soutient en premier le musée  et à travers la commune on essaie de chercher des dons pour faire vivre le musée.

Au départ le Musée des Civilisations était conçu comme un musée de préfiguration qui devait diriger les touristes et autres vers les différentes cases patrimoniales y compris celle de Bamendjinda. Avec la donne qui renvoie le MDC au statut d’ONG, je crois qu’on devrait redéfinir ce partenariat entre le musée et la case patrimoniale de Bamendjinda en particulier.

BALUNGELI Confiance EBUNE, préfet du département de la Menoua

LES DEBUTS SONT PARFOIS TOUJOURS DIFFICILES

Mes sentiments sont bons. Je suis très content de savoir que le musée est debout.  C’est une idée formidable et c’est la raison pour laquelle j’ai d’ailleurs de décidé de marquer par ma présence personnelle le déroulement des travaux de cette assemblée générale.

J’encourage madame la Pca, les membres du conseil et le personnel de continuer dans cette lancée dès lors que les choses sont debout.  Les débuts sont parfois toujours difficiles. Mais dès lors que l’objectif est clairement identifié. J’espère que l’avenir est meilleur pour ce Musée des Civilisations.

Propos recueillis par Augustin Roger MOMOKANA

Lire aussi  Interview : « Toutes les parties prenantes du Musée des Civilisations ont décidé de donner une nouvelle dynamique à cette structure » : Sa Majesté SIMEU David

Lire aussi  Musée des Civilisations Dschang: Ce que dit le préfet de la Menoua à propos de l’avenir du Musée




Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet