Interview : « Le compte administratif 2016 connaît une progression de 2,9% par rapport à celui de 2015» : Le maire de Dschang S.M. Donfack Beaudelaire.

Par Sinotables 26/07/2017

Le maire de Dschang Sa Majesté DONFACK Beaudelaire.jpg

Le maire de Dschang Sa Majesté DONFACK Beaudelaire.jpg


Le Conseil municipal de la commune de Dschang a approuvé, jeudi 20 juillet 2017, le compte administratif du maire. Il se chiffre à la somme  de 1 milliard 239 millions 792 mille 460 FCFA contre 1 milliard 206 millions 014 mille 283FCFA pour l’exercice 2015. Soit une augmentation de 2,9%.  Le compte  administratif a été approuvé en présence du préfet Balungeli Confiance Ebune dont c’était la première apparition au conseil municipal de la commune de Dschang depuis sa prise de fonction le 4 avril dernier.

  A l’issue de cette session du conseil municipal, le maire Donfack Beaudelaire a répondu aux questions de Sinotables.com.

Qu’est-ce qui justifie la tenue si tardive de la présente session ?

Le retard s’explique par la difficulté économique. Vous savez que la situation économique est assez difficile. C’est une conjoncture qui affecte tous les Etats ; et la commune étant un démembrement naturel de l’Etat elle est aussi par lien direct affectée. Dons il y a eu retard à cause du manque de ressources pour pouvoir organiser cette session du conseil municipal.

Que coûte une session du conseil municipal à la commune de Dschang ?

Je crois qu’une session comme celle que nous venons de tenir  coûte autour de 9 millions et demi de francs. Vous comprenez que vous ne pouvez pas convoquer les conseillers sans vous être bien préparés.

Le compte administratif du maire est désormais voté. Quel sentiment ?

C’est un sentiment de fierté pour un homme qui est au service de la population, qui au quotidien pense pour le bien-être de la population et qui développe des stratégies pour le développement de sa commune. C’est un sentiment de satisfaction pour une commune qui, malgré les difficultés, est entrain de marquer des pas décisifs vers sa modernisation. Le compte administratif pour l’année 2016 est d’Un milliard 239 millions. Par rapport à celui de 2015, il connaît une progression de 2,9%. Ce n’est pas donné. Nous restons maintenus dans la zone II des communes ayant franchi le milliard. L’année dernière, en 2015, à l’Ouest nous étions le premier et suivi de la Communauté urbaine de Bafoussam et de la commune de Mbouda. Nous restons maintenus dans cette zone, et je crois qu’il y a lieu d’identifier les zones de faiblesses pour pouvoir orienter de façon stratégique nos actions vers là pour mieux capitaliser et renforcer nos ressources propres.  

Quelles sont les caractéristiques de ces ressources propres ?

Vous le savez, notre commune n’est pas une ville industrielle. Mais il y a quand même un fort potentiel qui, s’il est exploité de façon efficace, pourrait améliorer nos ressources propres. Nous avons besoin de ressources pour pouvoir apporter aux populations les services dont elles ont besoin. Nous avons, en 2016, comme je l’ai dit dès l’entame de mes propos  et lors des débats, renforcé l’éclairage public dans notre cité, nous avons construit des ponts, nous avons reprofilé des routes tant en ville qu’en zone rurale. Il y a des routes qui n’étaient pas praticables dans cette ville depuis 25 ans et qui sont aujourd’hui accessibles aux piétons et aux automobiles. Et je crois que n’eut été le fait que nous soyons fauchés par les caprices de l’unique engin que nous avons, je crois qu’on ne parlerait plus de secteurs enclavés dans la commune de Dschang. Nous avons cette détermination à aller de l’avant et nos partenaires au développement et surtout l’Etat ne manquera pas de nous accompagner dans cette mission.

Monsieur le Maire, le problème du stage de vacance a été posé et débattu avec une telle virulence que l’on vous demande de nous expliquer les raisons pour lesquelles c’est difficile à décider s’il y aura ou pas des stages de vacances à la mairie de Dschang cette année. 

Depuis le début de notre mandature nous avons pensé qu’au-delà de toutes les actions que nous portons pour l’encadrement de notre jeunesse, à l’école, au lycée et ailleurs, et même la jeunesse non scolaire, nous avons pensé que pour alléger les souffrances des parents à la veille de chaque rentrée organiser des stages de vacances. Nous avons, compte tenu des difficultés inhérentes connues cette année, et la mort dans l’âme, évité de faire un saut dans le vide en employant les enfants qu’on ne peut pas honorer les engagements à la fin des stages. Tout au moins les pistes doivent être explorées pour voir si quelque chose peut être fait. Nous avons une dotation du BIP dans le cadre de la gestion des plastiques dans la ville qui certes obéit à un cahier des charges élaboré par le ministère de l’Environnement. Il y a de fortes chances qu’une poignée de jeunes soient mobilisée pendant cette période de vacances pour réaliser ce projet. Donc notre jeunesse doit garder espoir en nous. Elle doit garder la confiance au maire qui ne peut, en aucun moment, dormir sur ses lauriers lorsqu’il s’agit de l’accompagnement de sa jeunesse.  Vous qui habitez cette ville savez combien je suis attentif aux questions de la jeunesse et des différentes associations qui habitent cette ville. Vous avez couvert des opérations de distribution de tables-bancs, de matériels didactiques en dehors de paquets minimum, de tôles pour recouvrir les toitures  décapitées par le vent.

Deux autres sujets ont été amplement retournés : la titularisation d es temporaires et le Musée des civilisations. Ce sont des sujets qui fâchent !

Le Musée des Civilisations depuis quelques années a connu un imbroglio dû au fait que des personnalités et mécènes ayant contribué à sa mise en place ont voulu s’approprier du musée qui est une œuvre collective de la municipalité de Dschang, des élites qui, à un certain moment donné, ont eu la vision d’accompagner la commune et son partenaire la Ville de Nantes à la mise en place de ce musée. Il y a eu ce tralala qui a fait couler beaucoup d’encre et donc notre partenaire a voulu qu’il y ait des clarifications. Parce que le musée n’a pas été achevé et nous avons évalué qu’il fallait une bonne dotation que nous n’avons pas pour l’achever et Nantes, après un plaidoyer groupé que nous avons fait à Nantes en septembre dernier lors de la célébration des vingt années de la coopération Nantes-Dschang, le conseil municipal a cru devoir nous accompagner par une dotation de 26 millions 500 000 euros pour achever le musée. Cette dotation était assortie de la précision claire et nette de la place qu’occupe la commune de Dschang dans le Musée des Civilisations. Et, les réunions presque houleuses du mois de janvier ont abouti à la reconnaissance de la commune de Dschang comme étant la tutelle  du Musée des Civilisations. Ce qui a rassuré nos partenaires à continuer de nous accompagner pour mieux porter ce musée. Il est maintenant question que chacune des parties siégeant au sein du conseil d’administration puisse, en ce qui le concerne, mettre la main dans la poche pour pouvoir porter le musée.  Il ne faut pas seulement dire ça m’appartient et tu ne fais rien.

Et la question des temporaires. Nous avons hérité d’une situation qui perdure de plus de 20 ans.   La Dans cette commune vous allez trouver des gens qui travaillent depuis plus de 20 ans, 17 ans. Ils sont temporaires. Ce n’est pas assez sérieux. Etant un démembrement de l’Etat nous devrons voir ce qu’il y a lieu de faire pour régulariser cette situation, quitte à ce qu’avec ce personnel on puisse s’entendre afin que la charge ne soit pas assez lourde. Nous avons foi que le projet bien maturé au prochain conseil devra passer comme un timbre à la poste.

Propos recueillis par Augustin Roger MOMOKANA   

 




Par Sinotables 26/07/2017
Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet