Inondations dans la Menoua : Le préfet Balungeli prescrit des mesures préventives fortes

Par Sinotables 11/08/2017

Le cours de la rivière qui a avalé le couple Dankeng à Fossong Wentcheng.jpg

Le cours de la rivière qui a avalé le couple Dankeng à Fossong Wentcheng.jpg


Après les inondations du 4 août qui ont fait de nombreuses victimes dans les localités de  Dschang, Santchou, Fondonera et Fossong Wentcheng, le préfet de la Menoua , qui a multiplié des réunions de crise avec les autorités administratives, municipales et traditionnels a prescrit des mesures fortes pour voler au secours des sinistrés et prévenir la survenue de catastrophes pareils.

« Ce qui s’est passé est malheureux, mais on doit prendre des mesures fortes pour interdire les habitations ou même les activités humaines près des cours d’eau. C’est un phénomène naturel, mais je suis obligé de le dire : quand l’eau décide de reprendre son chemin il ramasse tout ce qu’il trouve à son passage »,  explique le préfet du département de la Menoua Balungeli Confiance Ebune.

Le bilan provisoire des inondations qui ont frappé certaines localités de la Menoua se chiffre (à la date du 08 août) à 4 morts dont le couple  Dankeng résidant à Mengang et qui a été emporté par les eaux à Mbing dans sa plantation, et deux enfants d’une même famille âgés respectivement de 4 et 9 ans. On dénombre quelques disparus. En somme, les inondations ont fait plus de 20 000 victimes dont 15000 à Santchou et 5000 à Dschang.

A la commission de crise constituée pour gérer la crise, le préfet a prescrit transparence dans la production des rapports. Il est question que la commission effectue des descentes sur les sites pour prendre l’ampleur des dégâts exacts afin de produire un rapport fidèle et pouvant permettre de mieux gérer la crise, au niveau de l’assistance aux familles sinistrées, au niveau de la sécurisation des personnes et de la protection de l’environnement.

Par ailleurs, le préfet de la Menoua qui a conduit des équipes sur les sites de drames a prescrit l’interdiction des constructions des maisons sur les passages d’eau, la pratique de l’agriculture dans les zones à risque, le déguerpissement des victimes, entre autres.  

Augustin Roger MOMOKANA




Par Sinotables 11/08/2017
Culture - Communautés - Services - Chroniques - Magazine - Sports - Economie - Politique - Monde - Cameroun - Dschang - Actualités

Voir aussi


Medias


Chroniques


Carnet