(01/26/15) Environnement : Coup de balai à la gare routière de Lifock-Dschang

Deux poubelles désormais disponibles dans la gare routière, afin que les commerçantes, les voyageurs ne jettent plus les déchets au sol. photo: DR.

La lutte contre l’insalubrité fait son chemin à Dschang, parfois dans l’indifférence générale des populations qui  pourtant sont ses bénéficiaires.

Ils sont pousseurs, vendeurs de beignets et de canne à sucre, voyageurs,  chargeurs et même  fonctionnaires n’ont pas toujours à cœur la qualité de leur environnement de travail et de vie.

Jeudi 22 janvier, la mairie de Dschang et ses partenaires Tockem-Elans sont une fois de plus descendus sur le terrain, et leur terrain de chasse était la gare routière de Lifock, à Foréké-Dschnag.

Cette  Grande Porte de Dschang a été fouillée de fond en comble. D’ailleurs les commerçantes, les agences de voyages se sont joints à l’équipe conduite par le maire DONFACK Beaudelaire et ses partenaires pour passer des coups de balai, de pelles ; de telle sorte qu’à la fin de la journée il n’existait plus de coin ou recoins où la main ne soit passée.

Non seulement ils sont dépouillé la gare routière de sa bave, mais les dépôts sauvages d’ordures qui la jonchent ont été définitivement supprimés, et une poubelle moderne aménagée avec deux bacs à ordures de 750 litres chacun. L’on espère que les usagers de ce lieu ne vont pas préférer  le sol, ou les dessous de leur comptoir à cette grande décharge.

Cette opération singulière est la seconde. La première, il y a quelques mois déjà, avait pour cible le marché B.  «Nous menons ces opérations à des endroits stratégiques afin qu’elles laissent place à des actions permanentes des populations », explique FOO SANGON KENFACK Etienne, le chef de Projet de Gestion des déchets.

Des commerçantes en plein campagne contre l'insalubrité dans la gare routière de Lifock à Dschnag. Photo: DR

La Commune de Dschang pour assurer efficacement la salubrité de son environnement a fait appel à des partenaires extérieurs, notamment les associations TOCKEM et ELANS qui s’occupent du Projet de Gestion des déchets. Ce qui a permis à l’activité de bénéficier de soutient extérieurs dont ceux du département du Nord (Lilles, France) et de l’Union européenne. D’où l’acquisition d’un camion à compaction neuf  et de plusieurs tricycles pour la pré-collecte des déchets dans la ville.

Cette opération couronnée de succès amène la Commune de Dschang à viser plus grand. Ainsi il est prévu, sur financement de l’Union européenne, la création d’une usine de traitement des déchets qui devra non seulement générer de nouveaux emplois mais générer aussi les ressources pour  les caisses de la mairie. Dans cette nouvelle étape, l’expérience de TOCKEM-ELANS devrait être avantageuse.

MOMOKANA Augustin Roger

L’Inspecteur général de la gendarmerie nationale est décéd...
26 janvier 2015
Ces groupes à mon avis remplissent au moins un critère pour être  d...
23 janvier 2015
 Françoise FONING aurait-elle perdu la vie suite à une négligence ...
26 janvier 2015
Houkoulililililiilililililililililili.Houkoulililililililililililililililililililililililili...
23 janvier 2015
SONDAGE
Quelles sont tes résolutions pour 2015 ?
 

Arts et culture : Au cœur des funérailles chez les Bamiléké, à partir de celles de Teneh Tetang Martin

De fin octobre à mi-mars, la Menoua et les Bamboutos deviennent, le temps d’un week-end, les destinations privilégiés pour les habitants des autres départements du Cameroun, et même des touristes  en quête de nouveaux vécus.

Election du Bureau du Sénat : le RDPC sans adversaire


«Que signifie que Jésus est ressuscité ? »


Tourisme : Le préfet de la Menoua annule la nomination d’un nouveau directeur à l’Office de tourisme