(09/02/14) Société : Grandes émotions aux obsèques du Lieutenant DONKENG Joseph Kevin

La dépouille du Lieutenant DONKENG pendant les obsèques  le 30 août à Bafou. Photo Momokana / www.sinotables.com

Lieutenant DONKENG Joseph Kevin « Tu nous quittes.  Tu prends congé de la vie, mais pas de l’histoire(…) tu entres dans les annales de l’histoire militaire ». Petits bouts  de phrases de l’hommage militaire au jeune soldat mort pour la patrie.  

La vie de DONKENG Joseph Kevin

Donkeng Joseph Kevin (DJK pour les amis  et Andrea BOTICELLI pour ses talents en chant lyrique) était venu au monde le 8 juin 1988 à Monatélé (Obala, région du Centre), de Monsieur Moho-Lekouet  DONKENG Cosmas et de NGA MFOMO Gisèle. Titulaire en Master I en Droit Privé en 2009 il entre sur concours  à l’Ecole militaire interarmées de Yaoundé (EMIA) le 8 novembre 2010.

Des parents éplorés, mais tenaces. Photo Momokana / www.sinotables.com

Pendant qu’il est dans cette école il obtient le Brevet parachutiste, le permis militaire dans les catégories véhicules légers et poids lourds, l’Attestation de stage commando niveau I, et enfin  le Diplôme de Chef de Section de l’EMIA «qui sanction la fin de la formation ».

Il était issu de la  promotion baptisée Mohammed Youssouf Barr, du nom du jeune Lieutenant assassiné quelques  années plus tôt, lors du cambriolage d’un établissement bancaire à Douala.

Lorsqu’il achève sa formation le 6 décembre 2013, il porte son choix vers l’Armée de terre. « Ainsi le 12 février 2014 il est affecté au  34ème  Bataillon d’infanterie motorisé à Kousseri (devenu depuis le  dernier  réaménagement de l’Armée le 41ème Bataillon d’infanterie motorisé).

Des Officiers supérieurs des Forces de défense venus accompagner leur frère d'arme. Photo Momokana / www.sinotables.com

Les circonstances  officielles  de la mort de DONKENG Joseph Kevin

Dans le cadre de l’Opération Emergence 3, et  faisant suite à l’attaque du 24 juillet 2014 à Bagaram qu’avait subi le détachement du 34ème bataillon d’infanterie motorisé renforcé des militaires des Troupes aéroportées, laquelle attaque  avait entraîné la mort de cinq militaire camerounais ; des renforts avec des engins blindés sont envoyés dans la localité de Bagaram d’où ils rallieront l’ennemi retranché à Kamouna, un petit village à six kilomètres.

Un détachement des forces de défense présent aux obsèques. Photo Momokana / www.sinotables.com

 Etant à Kamouna, « nos militaires trouvent un village sans population ». Et c’est lorsqu’ils rebroussent chemin qu’ils tombent dans une embuscade tendue par « une troupe d’environ 200 assaillants ». Ces assaillants, qui  avaient « encerclé nos militaires et coupé nos arrières », leur tirent  dessus à l’aide des roquettes, des mitrailleuses montées sur des véhicules.

  «La riposte sera très énergique, mais le rapport de force très défavorable obligera nos forces  de défense à se soustraire des lieux, laissant malheureusement sur le champ 14 militaires et trois gendarmes parmi lesquels le Lieutenant DONKENG Joseph Kevin ».

Les camarades de la Promotion Mahammed Youssouf Barr de l'EMIA autour de la démeure de leur compagnon arraché à la vie. Photo Momokana / www.sinotables.com

Des questionnements

Que s’est-il passé pour que la mort du jeune Officier ne soit annoncée qu’une semaine après cette bataille qui a coûté la vie à nos vaillants soldats ? Comment son corps serait-il resté introuvable pendant ce bon bout de temps, contrairement à ceux des autres victimes camerounais ?  Le témoignage du Lieutenant Hassan MOUBARIK dit ceci, « ton courage et ta bravoure t’ont valus la mort. Tu as perdu la vie alors que tu venais  à mon secours… » Témoignage suffisamment révélateur pour faire penser  qu’il  se serait passé quelque chose. Quoi donc, personne ne peut nous le dire s’il n’est dans  le secret militaire. Dans tous les cas, Boko Haram, de la bouche même de son leader Abubakar  Shakau, « ne tue pas, mais faire des otages». Y aurait-il plusieurs Boko Haram, ou un Boko Haram camerounais? Dans la seconde hypothèse le jeune Officier se serait alors retrouvé dans un Boko Haram camerounais.

Une forte présence des chefs traditionnels aux obsèques du Lieutenant Donkeng. Photo Momokana / www.sinotables.com

Personne n’a vu l’état du corps de DONKENG Joseph Kevin, les militaires sont ce qu’ils sont, mais toutes les voies font entendre qu’il a été égorgé et le corps partout déchiré à coups  de poignard. Quel supplice  et pour quoi ? Si cette rumeur  est crédible, il va falloir dire que le jeune lieutenant aurait  trouvé la mort dans de pires conditions.

 Quelques semaines plus tôt, à la préoccupation de sa sœur,  « pour quoi il était sur le site des violences », le Soldat téméraire et blindé pour la patrie répond, « petite sœur, un jeune Officier est un chef qui fait d’abord ses preuves sur le terrain. Rassure-toi les coups de feu sont plutôt rares pour l’instant ».  A l’un des  ses frères il ajoute, «…en tout cas, ils vont voir ce qu’ils cherchent s’ils nous attaquent ». Et lorsque ces gens  (qui sont-ils réellement ?) les ont attaqués,  lorsque les coups de feu sont devenus récurrents le jeune Officier- venu acquérir l’expérience que tout soldat digne recherche pour mériter cet engagement pour la patrie- n’a pu préserver sa vie des balles ennemies.

"Ce képi c'est la main de mon soldat parti pour la patrie. C'est celle du Général d'armée dont je rêvais... Photo Momokana / www.sinotables.com.

La leçon de vie  par un météore

Le jeune DONKENG Joseph Kevin, Aspirant décoré Lieutenant à titre posthume et dont le cercueil a été  estampillé de la Médaille de la Vaillance, avait-il pressenti la mort venir à lui, où était-il tout simplement un philosophe en herbe ?

Moho-Lekouet Donkeng Cosmas et son frère cadet TEGNI en pleurs. Photo Momokana / www.sinotables.com 

En tout cas il avait appelé des proches pour leur demander de beaucoup prier pour lui- sans doute parce que se rendant sur le champ des  hostilités.  En plus il avait une sage  idée de l’existence.  

Des amis venus reconforter la famille éplorée. Photo Momokana / www.sinotables.com

Le« fossé qui sépare la vie de la mort est aussi insignifiant que celui qui nous sépare de ceux qui nous ont quittés », avait écrit DONKENG Joseph Kevin sur sa page facebook. Il ne le faisait pas pour soi-même, mais pour ses survivants.

Une famille  désolée et une foule choquée et révoltée

 Les cadets du soldats  lors de leur témoignages. Photo Momokana / www.sinotables.com

La cérémonie religieuse, traditionnelle et militaire s’est déroulée  en présence de plus d’un millier de personnes dont le  Conseiller Technique du Ministère délégué à la Présidence chargé de la Défense, Colonel NGUETOP,  le  Commandant du 9ème Secteur militaire (Région de l’Ouest),  Colonel NYAME  Ebénézer , le  Commandant de la compagnie de gendarmerie de Dschang, les camarades de promotion du défunt, et un important détachement des l’armée de terre et parsemé de quelques gendarmes. Pour les civiles, le Recteur de l’Université de Dschang, le Sous-préfet de l’arrondissement de Nkong-Ni, le Directeur général de l’Institut national de statistique, le Directeur de l’Ecole nationale supérieure des postes et télécommunications, des députés et maires, une trentaine de chefs traditionnels. L’abbé TALLA Chrétien, le curée de la  paroisse Saint-Mathias de Foto, et quelques autres soldats de Dieu ont dit la messe de l’enterrement.

 Le Lieutenant Donkeng Joseph Kevin en  route pour le caveau familial. Photo Momokana / www.sinotables.com

 

 Sur le même sujet :

L’intérêt du  Rapport Jacques Attali n’est plus à d&eac...
02 septembre 2014
Maître MOMO Jean De Dieu le 30 août à Bafou. Photo Momokana / www.sinotab...
01 septembre 2014
Alain Djamfa est l’entraîneur principal de la l’Aigle royal de la Menoua, ...
02 septembre 2014
Des bananes transgéniques en Afrique : à consommer sans modération, sel...
02 septembre 2014

Reportage photo des obsèques de maman Kenfack Catherine

« Grand-mère tu étais le Prix Nobel de la Paix  dans cette si grande famille et ailleurs», a relevé Patrick Tamoyim devant la dépouille de la disparue.

 

Election du Bureau du Sénat : le RDPC sans adversaire


«Que signifie que Jésus est ressuscité ? »


Tourisme : Le préfet de la Menoua annule la nomination d’un nouveau directeur à l’Office de tourisme