(09/23/14) Sports : «Le déclin du Centre climatique est un deuil pour nous», Maire de Dschang

Sa majesté Donfack Beaudelaire, Maire de Dschang, vu le 22 septembre par Photo Momokana/www.sinotables.com

Sa Majesté DONFACK Beaudelaire est le maire de Dschang. Notre reporter  a sollicité sa réaction après la désignation samedi 20 septembre, par la Confédération africaine de football  (CAF),  du Cameroun pour abriter  la CAN 2019.  La proximité de Dschang avec Bafoussam qui abritera une poule de ce tournoi, et les ressources touristiques de cette ville  feront  certainement  de notre vdépartement  l’un des territoires touristiques majeurs à cette occasion.

Le Maire nous livre sa position par rapport à l’état de délabrement avancé du Centre climatique, à l’absence d’un stade pouvant servir de terrain d’entrainement. Mais fier de son parc hôtelier il veut espérer que la commune bénéfiera de la plue value de la CAN.  

Dites-nous, Monsieur le Maire, comment avez-vous accueilli  le choix du Cameroun pour abriter la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 ?

Je suis heureux, comme l’ensemble des Camerounais, du fait que le Cameroun a été désigné pour accueillir l’édition 2019 de la Coupe d’Afrique des Nations. C’est une grande joie. C’est un grand honneur pour notre pays  qui le mérite ; Tout le monde sait, le Cameroun est une grande puissance de football africaine et  y compris à l’échelle planétaire. De nos jours, le monde entier sait que la première nation africaine à accéder aux quarts de finale de la Coupe du Monde fut le Cameroun. Le choix du Cameroun, pour moi, est un choix de justice.

Une poule sera basée à Bafoussam. Qu’est-ce que  la ville de Dschang entend faire pour  tirer profit de cet événement ?

Je dois dire que Dschang est à 45 kilomètres de Bafoussam, soit à 25 ou 30 minutes de Bafoussam. Il est tout à fait normal que la ville de Dschang s’apprête, se prépare pour accueillir des touristes et pour quoi pas pour héberger ne serait-ce qu’une équipe. Parce que nous avons des hôtels  de classe internationale. Donc, il faudrait que nous organisions toute la chaîne touristique de notre département afin de réserver un acceuil digne aux touristes qui, je l’espère, viendront nombreux, pour partager ce grand moment du football africain et découvrir les merveilles touristiques du Cameroun. Nous ne maquerons pas de récolter la plus-value de cette poule de Bafoussam.

Vous parler de récolter la plus-value, mais comment pouvez-vous envisager cela en l’état actuel des choses : Le centre climatique  est en ruine, et Dschang ne dispose d’aucun stade pourvant servir de terrain  d’entrainement à une équipe de football?

Nous avons cinq ans pour devant nous, et il n’est pas exclu que Dschang accueille une équipe en compétition. Nous allons voir, dans les prochains jours,  comment  avec l’appui des pouvoirs publics et de nos partenaires de la coopération décentralisée, construire un stade municipale  de manière à ce que si une équipe est logésé à Dschang elle puisse  s’entraîner sereinement. Pour ce qui concerne l’hébergement, nous avons de  grands hôtels à Dschang. Des hôtels capables d’accueillir des hôtes de marques à ,l’instar des stars du ballon et des responsables du football.

Avez-vous pensé au Centre climatique, qui nécessite d’être entièrement réhabilité ?

Effectivement, M. Momokana,  le déclin du Centre climatique est un deuil pour nous. Et je puis vous dire, avec beaucoup de regret qu’en début 2014 il y a une subvention du Budget d’investissement public (BIP) de 30 millions qui a été destiné à l’amorce de la réfection du  Centre climatique et depuis lors on ne sait pas à quel niveau se trouve le carton. Il y a un travail de fond à mener pour redonner son lustre au Centre climatique d’antan. Il est entrain de mourir. Pourtant tout le monde le sait, le Centre climatique demeure une des plus grandes vitrines du tourisme au Cameroun. Il est l’un des hôtels de prestige de l’Etat du Cameroun. La municipalité, les pouvoirs publics et les forces vives de la Menoua ont un intérêt à faire revivre le Centre climatique, et surtout à le préparer à accueillir les hôtes de la Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Monsieur le Maire, avez-vous visité le Centre climatique ces derniers jours ?

Pavillon n° 18  du Centre Climatique de Dschang, le 21 septembre 2014. Photo Momokana / www.sinotables.com

Non… mais je vous dis que c’est un deuil pour nous ! Et il va falloir  absolument  faire quelque chose pour cet établissement qui  attirera sûrement beaucoup de touristes à Dschang. Et dans cette perspective je vous annonce mon souhait de rencontrer Monsieur le ministre du tourisme et des loisirs pour lui faire part de notre préoccupation qui est une préoccupation nationale. Le problème est très sérieux. Le Centre climatique de Dschang ne devrait pas mourir. A l’allure où vont les choses c’est une catastrophe,  et il faut sauver le Centre climatique de Dschang.

Lorsque S.E. Albert Roger Milla est venu successivement à Dschang pour le Championnat de vacances ALEGUE, il vous (au Maire Momo Bernard dont vous étiez le 1ER Adjoint) a demandé, en 2008 et en 2009, de trouver un site  et il y fera construire un stade par MTN.  Rien n’a été fait. Dschang n’avait-il pas besoin de son entregent ?

Le site existe. Vous savez que la mairie dispose d’un site  prévu pour la cause  à Tsinkop.  Je comptais dès 2015 faire un travail d’amorce sur ce site,  pour que ne serait-ce que les championnats de vacances ou le Championnat inter quartiers de la ville puissent y être organisés pour animer la ville, et ceci avant le travail de fond.  Mais comme l’actualité marquée par l’octroi,  à notre pays , de l’organisation de la Coupe d’ Afrique des Nation 2019, il va falloir agir autrement.  C’est la raison pour laquelle nous allons saisir son Excellence Albert Roger Milla, les pouvoir publics et nos partenaires de la coopération décentralisée afin que si possible le stade soit construit de façon à être disponible avant cette phase finale de la CAN 2019. Nous allons relancer son Excellence Albert Roger Milla qui a un grand amour pour Dschang, vous le savez très bien.

Il faut sauver le Centre climatique, soit. Mais comment envisagez-vous l’équipe que  les Camerounais souhaiteraient  présenter pour défendre leurs couleurs à cette compétition-là ?

Monsieur Momokana, depuis le mondial brésilien, l’équipe nationale du Cameroun a connu une cure de jouvence, et elle est entrain de retrouver ses marques. Il suffit tout simplement que tous les acteurs de la chaîne football camerounais soient sérieux. Les Lions indomptables, vous le savez, c’est le porte flambeau  du Cameroun. C’est l’ambassadeur le plus attitré du Cameroun. C’est le meilleur ambassadeur du Cameroun. Les lions indomptables c’est le creuset de l’unité nationale. S’il y a une chose à laquelle les Camerounais attachent une foi inébranlable c’est les lions indomptables. Donc, nous prions le gouvernement et tous ceux qui interviennent dans la chaîne du football camerounais de prendre les dispositions  nécessaires afin que  cette édition le Cameroun conserve sa Coupe d’Afrique 2019.

Et c'est reparti pour durer : jamais deux sans...quatrièmes guerres en Irak. On y...
23 septembre 2014
L'artillerie lourde des USA pour combattre Ébola : Aux grands maux, les grands re...
22 septembre 2014
Le toit du Pavillon 18, Centre Climatique de Dschang vu le 21 septembre par Photo Momokana /...
22 septembre 2014
Personne n’avait jusqu’ici ouvert la bouche pour annoncer l’existence dans...
22 septembre 2014

Reportage photo des obsèques de maman Kenfack Catherine

« Grand-mère tu étais le Prix Nobel de la Paix  dans cette si grande famille et ailleurs», a relevé Patrick Tamoyim devant la dépouille de la disparue.

 

Election du Bureau du Sénat : le RDPC sans adversaire


«Que signifie que Jésus est ressuscité ? »


Tourisme : Le préfet de la Menoua annule la nomination d’un nouveau directeur à l’Office de tourisme