«Je ne voudrais pas entendre parler de prorogation ici»

Publié le 03 Jan 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

 

Voici le premier discours du président du nouveau comité de normalisation pendant une réunion avec le personnel de la FECAFOOT

Humilité, travail en équipe et résultat

« Aujourd’hui, nous avons tous ensemble une très lourde responsabilité qui nécessite des sacrifices incommensurables de la part de tout le monde. Notre pays nous regarde. Je devrais dire, le monde entier nous regarde. Si nous nous sentons véritablement camerounais, si nous aimons vraiment le Cameroun, il n’y a rien que nous ne puissions pas faire. Ce n’est pas le travail d’une personne. Certes, c’est le Comité de Normalisation qui en a la responsabilité mais c’est le travail de tous. Personne au monde ne peut faire ce travail seul. C’est la raison pour laquelle je voudrais exhorter les uns et les autres au travail.

Nous aurons l’occasion de voir de manière un peu plus large comment nous organiserons le travail. Mais sachons que nous n’avons pas droit à l’erreur. L’équipe qui vient se joindre à vous aujourd’hui, a, avec vous, une obligation de résultat. Je suis un avocat. Les obligations auxquelles j’ai été habituées depuis que je travaille sont des obligations de moyens. Je suis aujourd’hui confronté à une situation où nous avons une obligation de résultat. Faisons tout ce qui est en notre possible. Allons au-delà de nous-mêmes pour réussir notre mission.

Je ne voudrais pas entendre parler de prorogation ici. Vous avez des personnes devant vous qui vont abandonner leur travail pendant six (06) mois.

Merci beaucoup pour cet accueil, nous comptons énormément sur vous. Nous sommes des personnes extrêmement ouvertes, et n’hésitez pas à nous approcher. On n’est jamais grand pour un conseil. »

Paul Sabin Nana