Cameroun-Suisse : que peut concrètement apporter la récente visite de Nicoletta Mariolini au Cameroun ?

Publié le 26 Jan 2018 par Augustin Roger MOMOKANA

 

Décentralisation ! Fédéralisme ! Multiculturalisme et plurilinguisme ou bilinguisme ! Le Cameroun, à travers la commission nationale pour la promotion du bilinguisme et du multiculturalisme, a sollicité l’expérience suisse. Il a, en effet, offert un chaleureux séjour d’une semaine à Madame Nicoletta Mariolini déléguée fédérale suisse au plurilinguisme. Séjour au cours duquel notre hôte de marque a expérimenté les réalités locales, à travers de nombreuses rencontres.

Cette consultation à laquelle l’État fonde beaucoup d’espoir va-t-elle faire bouger les limites de l’intransigeance de l’un et l’autre en vue d’un dialogue sincère pour mettre un terme à la crise anglophone ?

A la radio nationale Madame Nicoletta Mariolini a présenté, à la fois, les similitudes et les contrastes entre son pays et le Cameroun : « La Suisse est un pays fédéral. On a trois niveaux constitutionnels. La Fédération, les cantons et les communes. Et c’est sur cette base, qu’on a une répartition des tâches. On a une décentralisation de certaines tâches et également des mesures qui aident à renforcer la cohésion nationale », a-t-elle expliqué.

Parlant de la protection des identités culturelles et linguistiques, Madame Nicoletta Mariolini a proposé au Cameroun l’option de la Suisse : créer deux radios et deux télévisions publiques (une anglophone et l’autre francophone) pour maintenir l’équité communicationnelle entre les deux principaux groupes linguistiques.

La question: comment le Cameroun qui refuse tout discours ou débat sur la forme de l’Etat va-t-il mettre à profit cet échange ? Il ne faudrait pas imaginer qu’il s’est agi d’une autre stratégie des dirigeants pour détourner l’attention sur la nécessité d’un débat  sur la forme de l’État.

Augustin Roger MOMOKANA