PIPAD : arrêter l’émigration par le financement de petits projets générateurs d’emploi et de revenus.

 

Dschang, 26 juin (Sinotables.com) – La lutte contre les migrations clandestines doit prendre une place plus importante dans les politiques publiques et privées au Cameroun.

Lors du lancement, à Dschang le 13 juin 2018, de la Campagne contre les migrations clandestines et la fraude documentaire  le PIPAD (projet intégré pour la promotion à l’auto-développement) a annoncé les couleurs à travers la remise de chèques à quelques jeunes start uper.

L’initiative  va permettre  à une demi-douzaine de jeunes, filles et garçons, incubés pendant le festival Ndouet Ntoh du 29 mars au 08 avril derniers, de se lancer dans la micro entrepreneuriat. Ils  sont coiffeurs,   cordonnier,  agriculteurs, etc.

Les dotations ont été possibles grâce au partenariat entre le PIPAD et ALA MILANO. Ainsi le projet  « Sei donne, Sei start up » d’ALA MILANO (association de droit italien) qui vise à accompagner la jeune femme dans le développement local, le PIPAD a pu jeter les bases de sa vision contre les migrations des jeunes : aider les jeunes à s’auto-employer.

Pour Dr Sanou Sobzé Martin, Président du PIPAD, « il n’est pas question d’empêcher les jeunes d’aller en Europe, mais de les aider à comprendre que le paradis c’est avant tout ici chez nous. Il faut se dire qu’avec une bonne idée de projet, un minimum d’encadrement et un appui financier, des choses importantes peuvent être faites ici. »

Cette politique d’inclusion des jeunes défavorisés dans le créneau de l’entreprenariat  a déjà capté l’attention d’ALA MILANO, et vient de séduire  Congruenca Consulting, un cabinet spécialisé en Belgique.  Ceci justifie  le récent séjour à Dschang  de la Directrice Afrique subsaharienne et Algérie de l’Office des Etrangers en Belgique.

Des perspectives heureuses pour le PIPAD qui, à travers ce nouveau chantier, déroule enfin la vision qui se cachait derrière sa dénomination : Projet Intégré pour la Promotion de l’Auto-développement. Ce faisant  cette organisation et ses différents partenaires  « assassinent »  dans l’esprit de notre jeunesse les germes de l’émigration.

Augustin Roger MOMOKANA