L’ALLIANCE FRANCO-CAMEROUNAISE OFFRE A UNIVERSITÉ DE DSCHANG UNE EXPOSITION SUR LE PROGRAMME DES PETITES INITIATIVES.

Une seule journée, mais un engouement exceptionnel pour cette exposition de 20 tableaux axés sur le Programme des Petites Initiatives (PPI) du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM).

L’exposition au lieu dit « mât du drapeau » a attiré des centaines d’étudiants et d’enseignants dont les membres du Club environnement de l’Université de Dschang qui ont salué cette initiative qui intervient dans leur cadre comme une cours pratique pour les initiatives concrètes de conservation de la biodiversité.

Les tableaux présentent des initiatives telles la protection des tortues marines au Congo (ONG RENATURA), la réduction des conflits Hommes-faune et la promotion des filières vertes en zones périphériques du Parc du W (Niger, ONG COGEZOH), « Transformation des produits forestiers non ligneux » (ONG TR-FD, Cameroun), « Éducation à l’éducation à l’environnement des enfants à l’école » (ONG HERP CONSERVATION GHANA), etc.

«Ailleurs l’université ne fonctionne pas sans la société civile, sans d’autres partenaires. Parce qu’elle fait beaucoup de théorie. Alors l’activité de l’Activité de l’Alliance Franco-Camerounaise est saluée car grâce à cette exposition l’étudiant sait qu’il peut contribuer dans le domaine de l’environnement », Dr Julius Tata Nfor, coordonnateur de l’Alliance des étudiants Camerounais pour la justice environnementale (ALECAJE).

Mise à la disposition de l’Alliance franco-camerounaise de Dschang par l’Ambassade de France au Cameroun les tableaux qui représentent des initiatives de la société civile africaine dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et la conservation de la biodiversité ont comme objet de susciter, accompagner et améliorer de nouvelles initiatives ainsi que le processus de conservation de la biodiversité.

Chaque année depuis 12 ans, un appel à projets est lancé en vu de sélectionner les projets portés par les organisations de la société civile en Afrique Occidentale, Centrale et Madagascar. Les associations et réseaux d’associations retenus bénéficient de 650 millions d’euros pour la réalisation de leurs initiatives.
Le PPI est mis en œuvre par le Programme d’Afrique Centrale et Occidentale (PACO), en partenariat avec le Comité Français de l’UICN.

« Cette exposition était très importante pour les étudiants dont les enseignements sont plutôt théoriques. Ils ont, à travers cette exposition, vu ce qui se pratique sur le terrain. Cette manière de faire est très importante dans la mesure où elle sensibilise les étudiants et la communauté universitaire sur l’importance de la protection de la nature, » conclue Dr Julius Tata Nfor.

Le choix de l’Université de Dschang pour exposer ces travaux n’était pas anodin. L’Alliance Franco-camerounaise a souhaité toucher le maximum de jeunes possible.

« Nous avons choisi le campus parce que les étudiants doivent découvrir ce genres d’initiative qui non seulement leur permettent de mieux comprendre les enjeux de la conservation de l’environnement, mais peuvent leur donner de l’inspiration afin qu’à leur tour ils deviennent des acteurs de ce combat pour la conservation de notre biodiversité. Nous sommes très satisfaits de l’engouement qu’il y a eu autour. Cet intérêt nous amène à réfléchir sur la possibilité de prolonger l’expo, mais cette fois-ci à l’Alliance », Élie Poudeu, le directeur de l’AFCD.

L’exposition PPI a quitté Dschang. Elle est annoncée à la Fondation Jean Félicien Ngatcha, à Bangoulap, dans le Ndé, ce 15 juin.

Augustin Roger MOMOKANA