Cameroun –Déviances sexuelles : Gaëlle Enganamouit-ci n’est pas possédée ?

Quel parent normal peut rester zen face à un tel scandale impliquant son enfant ? La mère de Gaëlle ENGANAMOUIT serait sous soins intensifs au CURY de l’Hôpital Central de Yaoundé, après avoir appris que sa fille chérie était maîtresse dans des choses dont elle entendait parler sans savoir qu’elle en sera un jour directement concernée.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 08 Novembre 2021.

A la découverte des images des sextapes de Gaëlle ENGANAMOUIT, la question qui vient à l’esprit est « a-t-elle démissionné de son poste de team manager de l’équipe nationale pour éviter des révélations plus troublantes ? ». Tout porte à penser que la tanière est infestée par cette pratique contre nature.

Des images et des vidéos de déviances sexuelles engageant l’ancienne goaleador des lionnes indomptables, Gaëlle ENGANAMOUIT et une fille qui, dans un échange audio avec une autre dame, déclare avoir vécue une idylle avec Gaëlle.Pour Samuel ETO’O n’était même rien!

Des images et des vidéos de déviance engageant l’ancienne goaleador des lionnes indomptables, Gaëlle ENGANAMOUIT et une fille nommée AHANDA NOMO Brenda Charlie (Khalifa) qui, dans un échange audio avec une autre dame, déclare avoir vécue une idylle avec Gaëlle.

Ces images laissent croire que le football féminin est, comme certains l’ont toujours affublé, un nid où se pratiquent toutes sortes de déviances dont le lesbianisme. Il faut aller comprendre les réalités de cet environnement, et pourquoi? Pour preuve, Khalifa sortait d’abord avec Nchout Ajara, une autre Lionne indomptable, avant que Gaëlle lui fasse les avances le 19 janvier 2021.

Aux rails, le quartier de Yaoundé où Gaëlle ENAGANAMOUIT a grandi, l’on croit devoir pardonner à l’enfant prodige, sa « bestialité ». Pourtant ils n’ignorent pas que l’homosexualité est une pratique déviante punie par la loi. Parce que contre les us et coutumes du Cameroun.

« Tout est pardonné mais ne refais plus ça. Tu as grandi aux rails et laba, c’est l’homme qui bombarde le kossovo à la femme. Le succès et l’argent peuvent souvent donner des envies sataniques : d’où c’est important de se rappeler de son passé et surtout de notre point de départ. Certains me diront, elle a droit à une vie privée. Mais non, du moins une fois devenue star et surtout l’icône de toutes les jeunes filles footballeuses ».

Joseph ODOUGUENA parle bien, mais cette affaire dépasse le cadre des rails. Elle va au-delà de Gaëlle ENGANAMOUIT et de sa « petite » car, elle amène à s’interroger sur l’environnement du sport féminin au Cameroun. Il y aura donc deux dossiers : celui de la justice et celui de la société coutumière.

En attendant, Gaëlle ENAGANAMOUIT et sa femme doivent se faire exorciser. Il ne s’agit pas d’aller chez un homme d’église, mais chez de retourner au village faire des offrandes aux ancêtres, et d’aller se faire laver à la rivière pour expier le mal.

Pour rappel, le lesbianisme et les partouzes décriées n’est pas propre aux seules Lionnes indomptables. Des réseaux impliquant des élèves des lycées et collèges des villes de Bafoussam et Yaoundé, Douala et Kribi ont été démantelés ces dernières années. C’est dire qu’il s’agit bien d’un fléau social qui mérite d’être combattu aussi bien par les parents, les responsables d’établissements, les organisations de la société civile, que les pouvoirs publics.

Augustin Roger MOMOKANA