Le Message de vœux du Maire de Dschang à ses concitoyens.

Publié le 25 Déc 2021 par Augustin Roger MOMOKANA

Le maire de Dschang, Jacquis KEMLEU TCHABGOU, a délivré un message de vœux*, à l’occasion des fêtes de Noël et Nouvel An, à ses concitoyens de l’hinterland et de la zone urbaine. Il les exhorte à plus de civisme et à garder l’espoir pour l’année 2022.

Nous vous proposons l’intégralité du Message de vœux du Maire de la Commune de Dschang :

Chère populations de la Commune de Dschang,
Mesdames et Messieurs,

Je vous souhaite en cette occasion très particulière un joyeux Noël mais surtout une Nouvelle Année 2022 très riche et fructueuse pour tous.

Nous venons de passer des moments assez difficiles liés à la pandémie à coronavirus, liés aux crises du NOSO, à l’insécurité à nos frontières au niveau du Grand Nord et au niveau de l’Est. Tous ces événements malheureux ont suffisamment entamé les ressources financières de notre cher et beau pays le Cameroun.

Malgré ces difficultés et dans la perspective de la mise en œuvre de la restructuration de l’économie du Cameroun vous avez donné le meilleur de vous-mêmes, en acceptant d’accompagner l’exécutif communal dans la mission que vous avez bien voulu lui confier. Une mission qui découle, en réalité, du plan communal de développement que le conseil municipal a bien voulu décliner en plan annuel d’investissement et que nous, vos ouvriers, nous attelons au quotidien à la mise en œuvre.

Vous savez que rien n’est possible sans les ressources humaines et surtout financières. Cela n’a pas été facile pour vous de vous remettre dans la perspective de l’accompagnement effectif en contribuant financièrement pour que les actions déclinées soient réalisables. Nous avons dû vous expliquer suffisamment pour qu’enfin vous commenciez à pouvoir contribuer, pour ceux qui ont des espaces marchands, pour ceux qui ont des idées, pour ceux qui simplement font des rappels relativement à ce qui doit être fait. C’est ce qui a donc rendu possible un certain nombre de réalisations sur le plan de l’amélioration des infrastructures.

Voyez-vous, nous n’attendons plus beaucoup de l’Etat central parce qu’il estime qu’il a mis en branle la décentralisation et c’est vrai ! Il nous a donnés la possibilité de développer notre potentiel. C’est pour cela que nous vous invitions à beaucoup de civisme. Que ceux qui ont des taxes locales à payer restent citoyens parce que c’est à travers ces taxes que nous sommes aujourd’hui entrain de sécuriser l’enceinte de nos bâtiments principaux, entrain de sécuriser notre Base Nautique, notre Musée des Civilisations, entrain de reprofiler les voies reliant l’hinterland au centre urbain, entrain d’accompagner des écoles en termes de tôles, en termes de sacs de ciment pour pouvoir procéder à leur réhabilitation. C’est avec ces moyens-là que nous essayons au quotidien de donner de l’eau potables aux populations de Dschang parce que, voyez-vous, les ouvrages hydrauliques que nous avons construits, notamment les forages en eau profonde, ont été pour l’essentiel le résultat d’un effort fait sur le plan local. Le résultat d’un effort fait par l’exécutif communal en allant vers les partenaires au développement du Cameroun pour se faire accompagner, en allant vers des institutions locales, les banques classiques, le FEICOM, le PNDP pour se faire accompagner.

C’est d’ailleurs dans cette perspective que dans le cadre de « Dschang Ville Lumière » nous sommes entrain de travailler à la mise en route de 106 nouveaux panneaux solaires. Les massifs sont déjà construits, la pose des panneaux va se faire dès le mois de janvier 2022. Et nous savons que c’est des fonds qui doivent être remboursés. C’est donc un invite à beaucoup plus de citoyenneté dans le paiement des taxes pour que ces taxes soient réinvesties dans la ville de Dschang.

Chère populations de la Commune de Dschang,
Mesdames et Messieurs,

Un projet assez colossal verra le jour dans un temps assez réduit. Il y a également la construction de la cité municipale. C’est l’occasion de vous expliquer que les terres qui ont été sollicitées sont pour quelque chose de commun. Parce que cette cité qui sera construite va rentrer dans le domaine communal, elle va permettre à la commune d’avoir davantage de moyens, elle va permettre de loger des Camerounais de cette circonscription qui vivent à l’étranger-les camerounais de la diaspora- qui ont fait une demande plus forte que ceux qui vivent sur l’étendue du territoire de façon permanente. C’est cette possibilité que nous leur donnons qui va permettre à ce qu’ils s’investissent à notre localité pour qu’elle puisse grandir. Et pour accompagner ce projet de construction des logements sociaux-dans le prolongement de la cité il y a de nouveaux lotissements qui vont naitre avec le même cahier de charges pour que cette nouvelle ville dont nous rêvons puisse naître-pour accompagner ce projet nous avons travaillé pour la mise en place d’une société communale avec un capital de départ de 100 000 000 FCFA totalement levé à ce jour. Officiellement cette société va prendre le devant pour capter les fonds d’investissement. Elle va nous permettre de ne plus compter sur la solidarité qui ne peut pas permettre qu’on puisse bâtir une cité. Nous avons reçu des investisseurs ici qui sont intéressé par la question de l’énergie photovoltaïque, la question de l’amélioration de l’offre en eau, et un projet qu’on appelle ceinture verte qui va permettre de développer le secteur agricole. D’ailleurs, ces investisseurs vont revenir à Dschang au mois de Janvier. Vous en serez informés et cela ne sera possible que via la société communale de développement. Voilà pourquoi nous vous invitons en cette fin d’année, de nous accompagner dans la mission que vous avez bien voulu nous confier. Parce qu’il est difficile de confier une mission à quelqu’un et de ne pas lui faciliter la réalisation de la mission. C’est donc une invite aux organisations de la société civile, aux Ong, à tous les acteurs de la cité du savoir à accompagner l’exécutif communal dans sa mission d’amélioration de vos conditions de vie.

Vous comprenez très bien que certains traits ont été laissés sur le côté, à l’instar du complexe sportif municipal, à l’instar de la construction de la nouvelle gare routière. Pour amorcer le processus nous avons refait le stade du CENAJES pour permettre de commencer à nous animer à travers ses matches d’Elite Two. Et à l’heure où je vous parle les travaux sont achevés et conformément au cahier des charges de la FECAFOOT. Cela n’a été possible que parce que l’exécutif communal a pris cela très au sérieux. C’est l’occasion de vous faire savoir qu’un site est en cours d’acquisition pour la construction du nouveau complexe sportif. Les investisseurs que nous avons reçus s’y intéressent.

C’est également l’occasion de vous dire qu’en attendant la construction de la nouvelle gare routière des aménagements ont été faits sur le site de Lefock qui abrite l’actuelle gare routière. C’est dire que les questions essentielles que vous nous avez posées sont en cours d’implémentation. Vous comprenez donc qu’on ne peut rien faire de tout cela sans moyens. Chacun doit apporter sa pierre à la construction de l’édifice. Pendant que ceux qui ont les ressources humaines à niveau vont se rapprocher de l’exécutif pour lui proposer comme il faut s’y prendre pour atteindre les objectifs fixés il faudra bien que les ressources financières suivent. Comme on a coutume de dire, « l’argent est le nerf de la guerre ». Le potentiel de notre commune est réel et nous savons que investir c’est avoir le retour sur investissement. Puisque nous sommes à 400 000 habitants, aucun des investisseurs que nous avons rencontrés n’a hésité parce qu’il sait qu’il y a la consommation et qu’il peut avoir un retour sur investissement.

Message de voeux

Voilà en quelques mots ce que nous voulons vous dire et nous continuons à vous dire que nous devons continuer d’échanger de manière permanente. Sans civisme cet assainissement, cette collecte des déchets, cette salubrité urbaine, que vous souhaitez tous les jours ne seront pas possible. Il faut que désormais, à travers ce schéma qu’on est entrain de mettre en place pour aller au plus profond de nos groupements, de nos villages, de nos quartiers, pour valoriser les déchets… Aujourd’hui la ville de Dschang est sur orbite. Tout le monde veut venir s’inspirer de la façon dont nous travaillons au quotidien pour assainir notre ville. Et nous savons que nous avons pour ambition ici d’être le parangon de l’agriculture biologique à travers cette production qui est en hausse des amendements biologiques encore appelés compost. Donc il faut que vous nous aidiez à collecter rapidement ces déchets.

Chère populations de la Commune de Dschang,
Mesdames et Messieurs,

Nous allons nous rapprocher de vous pour vous expliquer comment vous allez désormais les classifier pour que nous puissions les exploiter le plus rapidement possible. Vous comprenez donc que nous avons beaucoup à faire pour que notre cité retrouve son image d’antan. Vous voyez comment la mission est lourde. Vous voyez tout ce qu’il est à faire et que chacun de nous prenne conscience du rôle qu’il a à jouer, en termes d’information de son voisin, en termes de découragement de ceux qui essaient d’étouffer la dynamique, en termes de mobilisation de tous ceux qui peuvent accompagner. Chacun parmi nous a un potentiel. Chacun parmi nous connait quelqu’un qui peut nous apporter un plus. Les détenteurs du quatrième pouvoir doivent jouer leur rôle, c’est-à-dire relayer toutes les informations pour que nulle n’en n’ignore. Il faut que ce quatrième pouvoir prenne pleinement conscience du rôle qu’il doit jouer dans le développement d’une cité parce que comme on dit d’habitude il n’est pas bon de relayer la désinformation. Il est bon d’aller à la quête de l’information pour pouvoir diffuser la bonne information pour être un acteur qui compte. Nous vous avons dit lors de l’inauguration de cette mandature des défis que désormais vous ne serez plus jamais seuls, que globalement personne ne sera plus jamais seul. Sentez-vous concerné par le développement de la cité en contribuant par des reportages captivants, en contribuant par des propositions claires par rapport à ce que vous avez vu. Nous vous avons toujours dit que nous sommes acheteurs d’idées porteurs pour le développement de notre commune. C’est pour cela que tout le temps nous essayons d’être à l’écoute de tout ce que le peuple pense. Vous êtes, vous les hommes des médias, les véritables relayeurs de l’information. Si ce que nous faisons n’est pas connu, il faut à la limite dire que c’est inutile de continuer à faire.

Chère populations de la Commune de Dschang,

Nous plaçons l’année qui vient sous le signe de l’espoir. L’espoir de pouvoir être davantage compris, l’espoir de pouvoir davantage mériter votre confiance, l’espoir d’être à la hauteur d’implémenter la vision qui a été déclinée sur la base de votre volonté, donc l’espoir de faire changer cette ville, l’espoir qu’elle soit davantage captivante et qu’elle se développe par voie de conséquence, qu’elle développement le département et que ce soit le Cameroun qui en profite. Parce que comme nous le disons habituellement un pays se développe à travers ses territoires. Et la chance que nous avons, c’est que nous avons été reconnu depuis un certain temps comme le chantre de la décentralisation. C’est ce qui justifie un ballet diplomatique qui s’opère dans notre cité depuis un certain temps. Nous avons reçu à plusieurs reprises l’ambassadeur de France, nous avons reçu l’ambassadeur de Belgique, nous venons de recevoir l’ambassadeur d’Allemagne qui d’ailleurs promis de revenir de plus belle à travers d’autres projets. Nous avons vu la Suisse venir à Dschang à travers la construction de la microcentrale hybride solaire et hydroélectrique qui est d’ailleurs la seule au Cameroun. Tout le monde s’intéresse à notre cité. Nous ne devons pas être ceux qui vont détruire cette dynamique. Nous devons davantage redonner confiance à ceux qui hésitent encore à venir investir à Dschang. Parce qu’il est question d’investir à Dschang pour que cette ville retrouve sa renommée d’antan.

Le MAIRE DE LA COMMUNE DE DSCHANG

Jacquis Gabriel KEMLEU TCHABGOU

*le discours a été retranscrit par Augustin Roger MOMOKANA