Burkina Faso : les militaires ont pris le pouvoir.

Publié le 24 Jan 2022 par SINOTABLES

Spread the love

Selon plusieurs sources concordantes citant des enregistrements sonores parvenus à l’AFP, les militaires mutins réclament le « remplacement » des chefs de l’armée, des « moyens adaptés »dans la lutte contre les groupes jihadistes, ainsi qu’une meilleure « prise en charge des blessés ».

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 24 janvier 2022.

Les militaires ont pris le pouvoir lundi matin au Burkina Faso. Le président Roch Marc Christian Kaboré a été est détenu dans une caserne de Ouagadougou.

Ce coup d’Etat est la conséquence qu’une mutinerie dans les camps militaires. Le nouvel homme fort de Ouagadougou serait le Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba. Il est diplômé de l’école militaire de Paris et titulaire d’un master 2 en Sciences Criminelles du Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) de Paris.

Face aux mutineries de dimanche, le président Roch Marc Christian Kaboré s’était contenté de d’instaurer le couvre-feu de 21 heures à 5h30 « sur toute l’étendue du territoire national ».

Le ministre de l’Éducation nationale a quant lui décidé de suspendre l’ouverture des établissements scolaires lundi24 et mardi 25 janvier 2022.

Au-delà des raisons évoquées à l’entame de cet article on voudra comprendre ce qui a pu pousser les soldats à sortir des leurs casernes. tant qu’il n’échappe plus à personne que l’argent des États est distribués aux armées à la fois pour leur permettre de gérer les conflits, mais aussi pour corrompre leur conscience. Il n’en demeure pas moins plausible que les coups d’état la conséquence de la mal gouvernance, de la gabegie, de la corruption, de l’injustice et de la personnification à outrance des institutions étatiques.

Le peuple burkinabè a récemment manifesté contre la coupure d l’Internet dans le pays. Ce qu’il assimile à la dictature. Et manifesté surtout son soutien au peuple Guinéen victime des mesures suicidaires de la CEDEAO et de l’UEMOA.

Après le Mali, la Guinée, c’était donc le tour du Mali de renverser son dirigeant civil. Non seulement ce pays de l’Afrique de l’Ouest fait face aux intégristes islamistes, mais aussi il est exposé aux crises intercommunautaires qui ont déjà fait plus de 2000 morts et provoqué le déplacement d’1,5 millions de personnes. Le réveil des soldats frustrés par la gestion des civils.

Autre piste pour comprendre les causes de ce coup d’État, le procès de Thomas SANKARA. Quelques indices nous l’autorisent. La mutinerie s’est soldé par la libération du général Gilbert DIENDERE qui a été jugé et condamné à 20 ans de prison pour tentative de Coup d’État en 2015. Gilbert DIENDERE est un proche de l’ancien président Blaise COMPAORE dont la responsabilité dans l’assassinat de Thomas SANKARA est un fait.

Le Burkina Faso s’est qualifié samedi soir pour les quarts de finale de la 33e coupe d’Afrique des Nations (CAN), à l’issue d’une rencontre à rebondissements contre les Panthères du Gabon.

Pour mémoire, le nouvel homme fort de Ouagadougou est auteur d’un livre au titre très parlant : « Armée Ouest-africaines et terrorisme, réponses incertaines ? ».

Augustin Roger MOMOKANA