Commune de Fokoué : Le Feicom débloque 1,5 milliard FCFA pour les travaux d’une mini-centrale à Bandoum.

Publié le 26 Jan 2022 par SINOTABLES

Spread the love

C’est un grand ouf de soulagement pour Fokoué. Le FEICOM va financer la construction d’une mini-centrale intégrée sur le cours d’eau Malapoundje, village Bandoum, au sud de cette commune du département de la Menoua.

Cet article a été rédigé par Augustin Roger MOMOKANA pour le compte du journal en ligne Sinotables. Date de la mise en ligne 26 janvier 2022.

Le Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunale (FEICOM) est un organisme public d’accompagnement des collectivités territoriales décentralisées dans la mise en œuvre de leurs politiques publiques.

Dans une lettre au maire de Fokoué, Adrienne DEMENOU TAPAMO, dont copie est adressée au Préfet de la Menoua, le directeur général du FEICOM écrit : « votre Commune a été sélectionnée pour la phase pilote du Programme de construction de mini-centrales intégrées que le FEICOM envisage de mettre en œuvre avec des partenaires conduits par groupe PROFINA », écrit Philippe Camille AKOA.

Le « Banquier des Communes » précise que le choix porté sur la Commune de Fokoué se justifie parfaitement. En effet, « au regard du potentiel hydro-électrique de votre localité et des démarches que vous avez déjà engagées pour le valoriser (…) le FEICOM s’engagerait pour une enveloppe de 1,5 milliards de FCFA, au profit de votre municipalité, conformément à ses procédures », explique-t-il.

Il va sans dire que pour le FEICOM attend énormément de ce projet. Si sa réalisation est concluante, il va servir de laboratoire pour poursuivre avec d’autres collectivités territoriales décentralisées du pays qui seraient dans le même besoin.

Le rêve de doter sa Commune d’une mini-centrale hydroélectrique remonte à 2015, lorsque bien au fait des difficultés des populations à accéder à l’énergie électrique, madame Adrienne DEMENOU TAPAMO d’accorder une attention particulière aux ressources naturelles de sa municipalité. Heureusement pour elle- et elle ne l’a pas oublié- elle se souvient que lors de sa tournées de remerciements aux populations après les élections municipales de 2013, elle avait été conviée par les populations de Bandoum à visiter la chute d’eau qui fait la fierté de leur village.

Elle avait visité la chute, et y a vu non pas seulement un site touristique, mais également une opportunité pour le développement de sa commune. C’est ainsi qu’elle décidera après cette visite de solliciter l’expertise d’un cabinet pour une première étude qui lui fournit des éléments d’appréciation de la capacité du cours d’eau à répondre à son idée de construction d’une mini-centrale. Étude présentée à ENEO qui y relève des insuffisances. S’en suit alors une deuxième complémentaire par ENEO. Pendant trois ans, des données successifs sur le cours d’eau, en période de cru comme en période d’étiage sont méticuleusement relevées et analysées.

Ces études complémentaires aux premières, ainsi, ont permis de disposer des détails précis la capacité du site ainsi des garantis selon lesquelles la construction d’une mini-centrale sur la Malapoundje permettrait à l’ensemble de la Commune non seulement d’être bien couverte en énergie électrique, mais également de pouvoir revendre le surplus de sa production.

« J’ai toutes les autorisations de l’Etat. Aujourd’hui, je suis à moitié satisfaite. Je le serai [entièrement, ndlr] lorsque l’ouvrage sera réalisé et que toute la Commune sera éclairée. Je pense que cela doit être inscrit sous le sceau de la persévérance. Nous y avons cru et ça arrive », a réagi Adrienne DEMENOU TAPAMO à Sinotables qui l’a joint au téléphone.

Il ne fait aucun doute que l’électricité pour tous et partout à Fokoué sera, à coup sûr, un accélérateur du développement. Elle va favoriser l’éclosion des activités économiques et réduire l’insécurité ambiante. D’ailleurs, cela pourra inciter les investisseurs à s’établir à Fokoué où non seulement l’énergie sera constante, mais également l’accession au foncier moins compliquée. Sachant que l’un des freins au développement du Cameroun c’est l’indisponibilité de l’énergie électrique.

Pour rappel, le Projet de construction de mini-centrales est une activité du Guichet de financements des activités génératrices de revenus du FEICOM. Il s’agit d’un prêt que la Commune de Fokoué devra rembourser, dans la mesure où la consommation de l’électricité n’est pas gratuite.

Augustin Roger MOMOKANA