Livre -Business: « Réussir LE Coup d’Envoi » est sur le marché depuis le 15 avril.

Publié le 19 Avr 2022 par SINOTABLES

Spread the love

« 90% des entrepreneurs, qui nous ont accompagné ont totalement abandonné l’entrepreneuriat pour le salariat, certains sont devenus dépressifs, d’autres sont en exils », mise en garde de Séverin MBOUENG dans son Avant-propos de « Réussir LE COUP D’ENVOI » paru aux Éditions Westprint.

Les habitants de Dschang, qu’ils soient étudiants, fonctionnaires ou commerçants, sont des êtres bizarres. Difficilement vous les croiserez à une manifestation culturelle qui ne reflète pas une coloration communautariste. Certains enseignants se plaignent des étudiants qui n’assistent à leurs conférences, pourtant eux-mêmes ne se rendent jamais aux événements organisés par d’autres penseurs.

Vendredi 15 janvier 2022, comme lors de la conférence de Monsieur Marc Du Fumier venu spécialement à l’Université de Dschang le 29 mars 2018 pour s’adresser aux futurs ingénieurs agronomes, la salle était quasi vide. Très peu de personnes donc ont effectué le déplacement du musée départemental sis à la Délégation départementale des Arts et de la culture pour la Menoua à l’effet d’assister à la présentation officielle du livre « Réussir LE COUP D’ENVOI » que vient de commettre l’entrepreneur Séverin MBOUENG.

Pourtant, le livre de Séverin MBOUENG est une mine dans un contexte où faute de pouvoir trouver un employeur, le jeune camerounais ne devrait jurer que par l’entrepreneuriat. Même s’il est bien conscient que cela nécessite un courage titanesque, un engagement perpétuel et une résilience à toute épreuve. C’est le premier de ce jeune auteur mais déjà une mine d’or pour les jeunes et les futurs entrepreneurs.

Fruit cumulé de ses connaissances d’économiste, de ses formations multiples en entrepreneuriat et de ses expériences d’investisseurs, « Réussi LE COUP D’ENVOI » est à la fois un ensemble de bonnes recettes pour se lancer dans l’entrepreneuriat (startup), en s’appuyant sur les échecs de l’auteur (fait plutôt rares car généralement les auteurs ne partageant que leurs succès) pour forger son mental d’acier et ne pas jeter l’éponge quelle que soit la déconvenue.

Sinotables a parcouru les « 08 éléments à maitriser avant de créer une startup en Afrique » proposés par l’auteur :
1- L’idée ne suffit plus, il faut la creuser et la creuser. L’auteur s’appuie sur l’exemple de « Njorku », une plateforme pour les chercheurs d’emploi devenu un site de mise en relation des vendeurs et d’acheteurs ;
2- A priori tout le monde veut devenir entrepreneur, mais il vaut mieux bien se connaître pour décider. Il suggère par exemple le test du cerveau. Il s’appuie sur une étude de Alain Labelle qui a permis aux chercheurs d’identifier une « carte globale de la latérisation des fonctions cérébrales ». Découvrez cet entrepreneur qui s’adresse à ses partenaires investisseurs en ces termes : « nous allons bruler votre investissement et nous en avons la preuve »;
3- Même si vous avez des aptitudes, vous devez développer les caractéristiques d’un bon entrepreneur : communication, leadership, tisser un réseau professionnel solide. L’auteur cite son exemple lors qu’il créé Gravitix dont il est le gérant associé ;
4- Ne pas oublier de reconstruire son estime de soi. Ceci permet d’avoir une maitrise des différents besoins (physiologiques, sécurité, appartenance, amour, estime de soi et accomplissement de soi) ;
5- Savoir utiliser son argent. Un entrepreneur ne joue pas avec son argent, mais en prend des risques lorsque cela s’avère nécessaire pour ses affaires ;
6- Maintenant l’aspirant entrepreneur doit organiser le lancement de sa Startup. Donner corps à l’idée pour qu’il devienne un projet bien ficelé ;
7- Une fois le projet en main, il faut monter son plan d’action. Le marché, le produit, la communication, les ressources humaines, le budget et les charges, etc.
8- Puis choisir le statut juridique de la startup. Il analyse les trois cas de figure que nous offre OHADA : la SARL, la SAS et la SA.

«En clair, il s’agit d’un véritable instrument de redéfinition de la trajectoire et de la refondation de l’environnement entrepreneurial adapté aux réalités africaines », tranche TCHINDA TIOMELA Denis dans sa préface de « Réussir LE COUP D’ENVOI ». L’expert et consultant des questions de gestion de l’information et de la documentation ne pouvait pas en dire moins de ce livre de 100 pages dont le prix à l’exemplaire coûte 10 000 FCFA.

Augustin Roger MOMOKANA

Ce contenu a été publié dans Actualité, Culture, avec pour mot(s)-clé(s) Livre, Réussir LE COUP D’ENVOI, Séverin Mboueng, Entrepreneuriat, Startup, Dschang. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.